Naples, l'autre
Mecque du
Bespoke

Hugo JACOMET

Gentlemen,

depuis quelques semaines, j’ai eu l’occasion – chose assez rare – de croiser à Paris plusieurs gentlemen particulièrement bien mis.

Il est vrai que repérer des costumes Bespoke dans la rue est devenu une manie (pour ne pas dire une obsession) personnelle. Ceci étant, même dans les meilleures semaines, je ne dois pas croiser plus de 4 ou 5 gentlemen portant des costumes en grande mesure… et je puis vous assurer que je ne dois pas en « rater » beaucoup tant le fait de reconnaître une épaule « pagode », une épaule « con rollino », des boutonnières milanaises ou des croisés parfaitement ajustés est presque devenu chez moi une seconde nature.

La semaine dernière, j’ai donc eu la chance de croiser dans la même journée (!), deux hommes portant tous les deux de très beaux costumes Bespoke. J’ai immédiatement reconnu des costumes napolitains (les épaules étant particulièrement repérables pour un oeil un tant soit peu averti) sans pour autant être capable de deviner – à mon grand désespoir – de quels ateliers ces pièces provenaient.

Après avoir abordé ces deux gentlemen (qui eux-mêmes avaient repéré le montage des épaules de mon costume, un croisé Prince de Galles en Super 130s Holland And Sherry de la gamme Target avec un motif très « fondu » réalisé par Cifonelli), j’ai appris que ces deux magnifiques costumes provenaient de deux maisons que, chez PG, nous suivons de loin en loin : Antonio Panico et Gennaro Solito.

Ces deux maisons napolitaines produisent des costumes de grande tradition avec, pour Panico, une nette préférence pour un montage d’épaule résolument naturel (épaule tombante) et pour Solito, une prédominance du montage « con rollino » (épaule napolitaine légèrement plus structurée avec un « fronçage »). Pour ma part, je suis beaucoup plus séduit par le travail de Panico, mais cela reste une question de goût personnel car le travail de Solito est également de grande qualité.

Voici quelques images de ces deux maisons, et notamment d’Antonio Panico (qui, comme le savent les initiés, était le coupeur vedette de Rubinacci dans les années 90 avant d’ouvrir son propre atelier) qui, malgré un âge avancé, reste un parangon élégance et de style comme la photo ci dessous (issue du men’s ex de ce mois-ci) en témoigne.

Quant à la maison Solito, voici également un avant-goût de la production de cet excellent atelier tailleur, dont une veste typique du montage « con rollino » (la deuxième image) si cher à cette maison.

Deux très belles maisons auxquelles nous allons nous intéresser de (beaucoup) plus près dans les mois à venir.

Naples sera toujours Naples…

Cheers, HUGO

Hugo JACOMET.