L’homo novis élégant : une race en voie de développement

Hugo JACOMET

L’homo novis élégant : une race en voie de développement

Par moment je joue à me mettre dans la peau de Monsieur tout le Monde et je me dis que ce Monsieur (tout le monde donc), doit nous trouver bien superficiels nous les accrocs du bel habit.

Nous sommes de plus en plus nombreux (toutes proportions gardées bien sûr) à passer des heures à discuter chiffons, matières, coupes, boutonnières et autres montages blake ou good year.

C’est une tendance lourde qui n’échappe à personne (et surtout pas à nos épouses et concubines).

Il n’est qu’à faire un petit tour du côté de la boutique de Marc Guyot à Paris pour s’en convaincre. Ici les hommes restent des heures – parfois sur le trottoir tellement la boutique est lilliputienne-  à deviser sur la « main » d’un tissu, la longueur d’un col ou même la matière d’une baleine de col de chemise (petit objet aussi utile qu’invisible). Et ces hommes dont je parle, ne sont ni designers de mode, ni des fashion victims. Ce sont généralement des messieurs distingués, bien dans leurs souliers et cultivant une passion dévorante pour la belle ouvrage à tous les niveaux.

La révolution de l’Homo Novis Elégant est en route. Sans se presser. En ce sens, et peut-être en ce sens seulement, nous vivons une époque formidable.

HUGO