Reportage de l'un
des lecteurs de PG :
la maison RIPENSE à Rome

Hugo JACOMET

Reportage de l’un des lecteurs de PG : la maison RIPENSE à Rome

Gentlemen,

nous avons le plaisir de publier aujourd’hui un article qui constitue une première pour PG, puisque ce très bon article n’a pas été écrit par nos soins, mais par l’un de nos fidèles lecteurs en la personne de Paul.

Ce type de contribution nous ravit car il témoigne de la fidélité de nos lecteurs (pour votre information 78% des lecteurs ayant « goûté  » à PG reviennent nous lire en moyenne deux fois par semaine) mais surtout de la création, mois après mois, d’une vraie communauté de passionnés qui défendent, à leur manière, les valeurs véhiculées par ce site : authenticité, excellence, exigence et une certaine idée de l’élégance en tant que mode de vie.

La maison dont il est question ici est une maison de grande mesure Romaine, pour le moins méconnue dans l’Hexagone, et qui selon notre lecteur/reporter, mérite le détour pour l’irréprochable qualité de son travail tant au niveau des costumes que des chemises ou même des souliers.

Paul nous fait donc partager, avec de nombreuses photos à l’appui, son expérience de Grande Mesure à Rome. Qu’il soit ici chaleureusement remercié pour la qualité de son reportage, tant au niveau visuel que rédactionnel (et vous savez que nous sommes très attachés à ce dernier point). Et si cette grande première venait à inspirer certains autres lecteurs de PG, qu’ils n’hésitent pas à nous proposer leurs contributions, elles seront les bienvenues, si tant est qu’elles respectent l’esprit de notre site et son souci de précision et de qualité (comme le fait si bien Paul dans l’article ci-dessous).

La Maison RIPENSE à Rome

par Paul F.

« A quelques mètres de la Piazza del Popolo et des Spanish Steps, se trouve la boutique qui m’a le plus marqué depuis que je m’intéresse à l’artisanat et à la confection de vêtements sur mesure.

La Via di Ripetta ne se situe pas sur l’itinéraire du parfait touriste, même si celle-ci n’est qu’à une rue de la Via Del Corso.

C’est en fait un cadeau de Noël qui m’a conduit à emprunter cette rue : le guide Vuitton Rome 2010, qui est un excellent guide mentionnant les magasins pour hommes valant le détour.

L’article dithyrambique sur la maison Ripense évoquait la possibilité d’y réaliser tous ses désirs, de la chemise, au parapluie avec un manche en corne et bois, en passant par le pull en cachemire ou les souliers en crocodile.

Je pense pouvoir affirmer que ma connaissance de la mesure s’est étoffée au fil des années, depuis mes premières chemises JLR et mon costume Handson. J’ai depuis testé JLR, Tailorstore, Tailormail, Lucca, Courtot, Charvet et Ripense pour les chemises et Handson, Smuggler, Marc Guyot, Michael Ohnona, David Diagné, Gieves and Hawkes, Camps de Luca et enfin Ripense pour les costumes. Ripense représente, à mon sens, de loin le meilleur rapport qualité/prix de tous avec un costume Loro Piana super 160’s à 2500€ en grande mesure.

Alors certes, les aller-retours Paris/Rome sont à rajouter à cette somme, mais vous avouerez qu’il existe des choses plus désagréables que de retourner flâner dans les rues escarpées de la capitale italienne.

La vitrine est déjà un régal pour les yeux et laisse imaginer le choix qui s’offre aux amateurs de sartoria.

Après avoir pressé la sonnette, un homme d’un certain âge a doucement monté les marches venant de l’atelier au sous-sol pour venir m’ouvrir et m’accueillir en italien. Ma connaissance de la langue n’étant alors que très rudimentaire, nous avons vite compris que les choses seraient compliquées.

C’était sans compter sur les talents linguistiques de Gian Luca Bocache, responsable des souliers, qui parle tout ce qu’il faut de français et d’anglais pour permettre de discuter de leur savoir-faire et des possibilités qui s’offraient à moi. Je suis donc rentré 4 heures avant mon départ de la ville dans cette boutique en pensant y rester une demie-heure et discuter. J’en suis ressorti 3 heures plus tard en ayant commandé un blazer croisé en natté, un pull en cachemire, une paire de souliers mesure ainsi qu’une chemise en prêt à porter d’une légèreté étourdissante !

Cet homme affable m’a ensuite présenté à Andrea Luparelli, tailleur et responsable de la prise de mesure, parfait italien au teint hâlé et à l’accent romain. Tous deux étant d’un chic certain, j’ai même eu la surprise de les retrouver dans les photos de The Sartorialist lors du Pitti Uomo.

Andrea ne parle ni français ni anglais mais nous nous sommes tout de suite compris.

Lorsque je lui ai montré par mes gestes que j’aimais les emmanchures hautes, les vestes très cintrées et les manches ajustées, le large sourire sur son visage m’a suffit à comprendre que le style maison serait parfaitement adapté à mes souhaits.

Pour me montrer leur travail, Andrea m’a fait découvrir l’atelier du sous-sol et l’ouvrage des tailleurs d’origine napolitaine. J’ai également pu essayer une veste d’un homme qui avait le bon goût d’avoir une morphologie proche de la mienne. Il s’agissait d’une veste croisée deux boutons bleu roi. J’étais jusqu’alors convaincu que je m’abstiendrai de tenter l’aventure des vestes croisées avant l’âge de 30 ans. Il m’a fallu 5 minutes pour comprendre que j’allais changer d’avis et en commander une. A cette commande, se sont donc rajoutés un pull en cachemire Su Misura et une paire de souliers.

Un mois plus tard, rendez-vous à Paris avec Andrea et Gian Luca dans un hôtel proche de la Sorbonne pour procéder aux essayages de mes commandes. Le fait qu’ils se soient déplacés sans frais fut une très bonne surprise, qui ne m’a néanmoins pas empêché de retourner à Rome à la mi-juillet pour le deuxième essayage et profiter des 38 degrés qu’offraient le soleil romain.

Parfois, des images valent mieux que des mots et je vous laisse juger du premier jet qui a été une excellente surprise, mis à part la longueur des manches à ajuster (veuillez excuser la chemise que je porte que j’ai empruntée pour l’essayage).

Concernant le premier essayage des souliers, il y avait plus de travail, notamment en largeur et longueur et je craignais d’être déçu à l’essayage suivant. Gian Luca m’a depuis démontré que son talent était à la hauteur de l’éloge du guide Vuitton : les souliers sont parfaits et d’un confort absolu.

Lors du premier essayage à Paris, j’ai également commandé un costume bleu nuit en laine super 160s Loro Piana ainsi qu’une chemise sur mesure en zéphyr de coton.

En retournant à Rome le week-end dernier, ce que j’ai essayé a dépassé toutes mes espérances. Le costume et la veste sont un pur bonheur à porter et me font l’effet d’une seconde peau. Ils permettent une totale liberté de mouvement que je n’avais jusqu’alors jamais ressentie (mon costume Camps de Luca n’est néanmoins pas encore terminé).

Si je devais me prononcer sur mon expérience chez Ripense, je dirais simplement qu’il s’agit de la perfection sartoriale à mon sens. Je sais que la Grande Mesure est une expérience très subjective, mais je pense avoir trouvé la maison qui me suivra sans doute pendant longtemps. Je vous invite simplement à y rentrer et à discuter avec ces artisans qui vous offrent leur talent et le savoir-faire italien à un tarif tout à fait attractif ». Paul F. / Juillet 2010.

Prix indicatifs : (2011/12)

Costume Loro Piana super 160s: 2500€

Chemise en coton suisse: 260€

Pull en cachemire: 380€

Souliers sur mesure: à partir de 1 000 € *

Ceinture en crocodile: à partir de 500€ *

Blazer croisé en natté Holland & Sherry: 1700€

* Suite à la parution de l’article, la maison Ripense a précisé certains prix cités par l’auteur, dont ceux des souliers et des ceintures en crocodile.
http://www.sartoriaripense.com

Veste en cours de coupe

Essayage du blazer

Essayage du costume

Blazer phase finale