Eloge de l’horizontalité…

Hugo JACOMET

 

Gentlemen,

depuis quelques semaines, je me surprends à porter de plus en plus fréquemment la seule chemise à rayures horizontales que je possède – une Marc Guyot avec des rayures grises assez larges, col et poignets blancs – car je la trouve, malgré mes à-prioris initiaux, non seulement flamboyante, mais aussi plutôt versatile et finalement assez facile à porter.

J’avais pris l’habitude, jusque récemment, de ne la porter que le week-end sans cravate sous une veste sport, pensant que l’inévitable référence aux rayures des pulls dits « marins », m’interdisait de la porter en semaine avec costume et cravate.

Et puis, il y a quelques semaines, de manière totalement fortuite, l’idée à priori saugrenue de la porter sous un costume gris moyen en grande mesure m’est finalement venue. J’ai donc choisi une cravate sept plis à tous petits carreaux noirs et blancs, et je dois avouer que le résultat m’a moi-même étonné… j’étais en présence d’un oxymore stylistique que je qualifierais « d’originalité discrète » et je n’ai de cesse depuis de réfléchir à élargir (sans mauvais jeu de mot) ma collection personnelle de chemises à rayures horizontales.

Je vais donc lancer dès cette semaine, la fabrication en mesure de plusieurs chemises de ce type et faire différents essais avec des rayures plus ou moins larges, des cols et poignets dépareillés ou non et différents types de tissus.

Je partagerai avec vous la semaine prochaine quelques prises de vues de la mise que j’évoquais en ouverture de ce billet et vous vous rendrez compte par vous-mêmes qu’il s’agit d’une figure de style (si j’ose dire) particulièrement sous-estimée. D’ailleurs trouver ce type de chemise en prêt-à-porter relève de la gageure, car à part l’infatigable et audacieux Marc Guyot, aucune maison ne propose, à ma connaissance, ce type de modèle en France.

Alors bien sûr, vous connaissez la règle qui dit que toute ligne horizontale est fortement déconseillée aux gentlemen souffrant d’embonpoint ou souhaitant affiner leur silhouette. Cette règle reste parfaitement valable et je déconseille donc fortement (!) à ceux d’entre vous qui sont plutôt volumineux de porter ce type de chemises…

Pour les autres, et pas simplement les gentlemen souffrant, à l’inverse, d’un manque de carrure, je vous invite à tenter cette aventure étonnante. Une seule condition : être capable d’assumer cette horizontalité qui, vous le constaterez, suscitera émoi et commentaires autour de vous… mais après tout, nous en avons l’habitude non ?

Cheers, HUGO