La Limousine
de Moynat Paris :
la Rolls des valises ?

Hugo JACOMET

La Limousine de Moynat Paris : la Rolls des valises ?

Gentlemen,

il y a quelques semaines, nous avions publié un premier – bref – papier sur la maison Moynat, célèbre maison de malles et d’objets de voyages qui venait tout juste de renaître de ses cendres pour le plus grand bonheur des amateurs – nombreux – d’art malettier et d’objets nomades d’exception.

Installée Rue Saint Honoré à quelques encablures de la Place Vendome, cette maison très prometteuse, notamment par la richesse absolument inouïe des archives dont elle a hérité, commence à nous livrer, petit à petit , des objets que nous qualifierons, avec un sens certain de l’euphémisme, de raffinés et d’exclusifs.

Aujourd’hui, nous vous proposons un coup de projecteur sur un objet d’exception, uniquement accessible sur commande spéciale au vu de la complexité de sa réalisation, du temps nécessaire à sa fabrication et de la noblesse des matériaux utilisés : la Valise « Limousine », disponible en trois largeurs et, de ce fait, utilisable soit comme un porte-document, soit comme une mallette business ou soit comme une valise de voyage.

La particularité de cette valise unique au monde  réside dans la ré-interprétation des « courbures » des Malles Limousines créées par MOYNAT au  début du 20ème siècle qui étaient conçues sur-mesure pour, bien entendu, épouser le toit des automobiles.

Ces malles d’exception sont toutes réalisées sur commande par l’artisan malletier de la maison qui est issu des compagnons du devoir, ce qui nous paraît assez cohérent au vu des techniques strictement artisanales mises en oeuvre pour la réalisation de ces pièces hors normes.

Le travail de menuiserie notamment, avec la création d’un fut adapté et étanche dont le fond est cintré, est un travail minutieux et d’une extrême délicatesse, réalisé avec du bois de peuplier, un bois réputé principalement pour sa légèreté.

Le travail de fabrication du fût puis l’habillage d’une telle pièce nécessite donc plusieurs dizaines d’heure de travail (uniquement à la main, cela va sans dire) et propose des finitions d’une grande sophistication : un cloutage serré à l’extrême (tous les 8 millimètres) réalisé avec des pointes en laiton sur mesure, une couture sellier avec 2 aiguilles et un fil de lin ciré pour les poignées, un astiquage des tranches réalisé à la cire d’abeille sans parler du filetage évidemment intégralement réalisé à la main.

Et ce n’est pas tout… car le gainage utilise quant à lui un cuir végétal tanné selon une méthode 100% artisanale, tandis que l’intérieur est recouvert d’une magnifique toile sergée en coton.

Les fermoirs sont en laiton massif usinés avec gravure et proposent la réédition du système de « fermoir a levier » breveté par MOYNAT en mars 1911 et de la serrure MOYNAT qui est elle même un modèle déposé.

L’énorme avantage de ces serrures est que le (très) heureux propriétaire de plusieurs objets de la maison éponyme peut ainsi disposer du même jeu de clés pour toutes ses valises et ses malles !

Nous sommes donc en présence d’un objet somptueux issu de l’artisanat français du plus haut niveau et dont l’ergonomie est absolument stupéfiante. Car au delà du « twist » esthétique de cette courbure historique, j’ai pu moi-même apprécier le confort apporté  par cette dernière lorsqu’elle vient épouser la forme de vos jambes au lieu de les heurter lorsque vous marchez. L’impression est vraiment étonnante et le rendu d’un chic absolu !

MOYNAT nous livre donc, après quelques mois seulement d’existence, un objet de très haut niveau qui fleure bon la tradition artisanale française et qui apporte une dose salutaire de respect véritable de ces savoirs-faires ancestraux qui ont tant besoin d’être remis en lumière et à la disposition d’une clientèle d’esthètes de plus en plus sensibles à l’émotion générée par de tels objets.

Et comme je l’écrivais il y a quelques jours à l’occasion d’une modeste et brève exégèse du livre d’Alain Rey, une intention luxueuse qui ne produirait pas de réaction émotive et qui ne traduirait pas une émotion sincère, ne serait pas du luxe véritable.

La Limousine de Moynat est du luxe véritable. Incontestablement.

Cheers, HUGO