La femme est l’avenir de l’homme

Hugo JACOMET

La femme est l’avenir de l’homme

Gentlemen,

comme vous le savez, nous passons, pour les besoins de PG et d’autres media, énormément de temps dans les salons de grande mesure particulièrement en France, au Royaume Uni et en Italie. Nous suivons également de très près, grâce à notre important réseau international de correspondants/amis/confrères(soeurs), l’actualité du Bespoke Tailoring aux Etats-Unis, au Japon et dans le monde entier.

Et depuis quelques temps, nous remarquons dans les ateliers des plus grandes maisons de plus en plus de pièces destinées à une clientèle… féminine.

Dans le même esprit nous avons remarqué, récemment, que notre base de lectorat féminin était en nette progression. Et le plus étonnant, c’est que ces lectrices fidèles ne viennent pas uniquement lire PG pour leurs hommes mais également pour elles-mêmes ! Voici, parmi beaucoup d’autres, un exemple de mail reçu la semaine dernière d’une lectrice :

…J’avais déjà remarqué l’absence de blogs féminins semblables au vôtre, ce qui ne m’avait guère dérangée jusqu’à présent. Je me contentais de petites incursions sur les blogs masculins pour y découvrir des pépites sur les codes sartoriaux. Mais aujourd’hui j’ai besoin de réels conseils et je suis ennuyée de constater que les blogs féminins sont tous consacrés aux paillettes et aux marques. Auriez-vous eu toutefois l’occasion de croiser des blogs féminins dans votre genre? Si non, savez-vous ou je peux trouver des conseils , ou quels livres faut-il lire sur le sujet? (là encore, la majorité des livres ne traite pas des codes applicables à l’élégance féminine). En vous remerciant d’avance.

En ce qui concerne le bespoke tailoring stricto sensu, il ne s’agit sans doute pas, à ce jour, d’un tsunami stylistique ni même d’une tendance lourde susceptible de prendre rapidement une vraie place dans le paysage de la haute couture pour femmes. Mais le regain d’intérêt des femmes pour le sur-mesure (tailleurs, robes, maroquinerie) et pour l’élégance dite “classique” (autrefois terriblement banale et ennuyeuse) est indéniable et, à tous égards, passionnant.

Et comme le phénomène semble s’amplifier, nous avons décidé, avec notre contributrice Sonya Glyn Nicholson et à l’instar de nos amis de The Rake Magazine qui viennent de nous gratifier d’un “MRS RAKE” (étrange choix de ne s’adresser qu’à des femmes mariées… pourquoi pas MS RAKE ?) en supplément à leur dernier numéro, de nous y intéresser de temps en temps dans ces colonnes (au moins pour commencer).

Mais lorsque nous parlons de Bespoke pour femmes ou d’élégance féminine classique de quoi parlons-nous ? Parlons-nous de ces horribles tailleurs à motifs fleuris que nos grands-mères adorées arboraient les jours de communion ? Ou de ces uniformes de “working girls” banals et sans âme ? Ou de cette mode androgyne underground, ostensiblement prosélite et souvent maladroite ?

CLASSICISM IS SEXY

C’est en ces termes que Wei Koh, ouvre le premier numéro de “MRS RAKE“. Et à la vue de la photo de couverture, nous ne pouvons que souscrire, même si la sublime tenue portée par la jeune Charlotte Rampling (faisant fortement penser à Tommy Nutter) n’est pas précisément classique…

Selfridges à Londres, sans doute l’un des meilleurs “department stores” au monde avec Isetan au Japon, ayant bien senti la vague venir, a même ouvert depuis quelques temps un espace bespoke réservé aux femmes avec une offre de bespoke tailoring (Henry Rose), une offre de vestiaire sur-mesure (Emilia Wickstead), une offre de cachemire “made-to-order” (Hawick) et une offre de chemises en commandes spéciales (Charvet). Voir le lien ici : Selfridges Bespoke for Women.

De son côté, Edward Sexton, ancien associé de Tommy Nutter, s’est depuis longtemps fait remarquer sur Savile Row pour son travail avec les femmes (depuis l’époque Bianca Jagger avec Tommy Nutter). Pour ceux qui auraient encore un doute sur le fait qu’un ensemble bespoke peut être excessivement féminin, voici quelques prises de vue du travail de Sexton, d’hier (cf image d’en-tête) et d’aujourd’hui.

J’ai récemment également aperçu de très belles pièces féminines chez Timothy Everest, chez Welsh and Jefferies  tandis que Lorenzo Cifonelli vient lui aussi de réaliser plusieurs costumes croisés féminins dont un, encore en cours de fabircation, pour notre éditrice Sonya Glyn Nicholson.

Timothy Everest

Welsh and Jefferies

Cifonelli

En bespoke tailoring aussi, la femme serait-elle l’avenir de l’homme ?

A suivre de très près…

Cheers, HUGO