Quand l'art de plier ses costumes
passionne plus que les débats politiques...

Hugo JACOMET

Quand l’art de plier ses costumes passionne plus que les débats politiques…

Gentlemen,

pour ceux d’entre vous qui en douteraient encore, et qui se penseraient encore membres d’une petite communauté confidentielle, il est évident que le sujet de l’élégance masculine intéresse de plus en plus le public et ce, bien en dehors du « petit » cercle des quelques dizaines de milliers de passionnés de style vestimentaire et de Bespoke tailoring dans le monde.

Et vendredi dernier nous en avons eu, une fois de plus à notre grand étonnement, une preuve éclatante avec la parution d’un article de votre serviteur dans le news-magazine en ligne Atlantico.fr (comme chaque vendredi) qui a rencontré, et rencontre encore, un succès proprement inouï en devenant l’article le plus consulté du site deux jours de suite et le deuxième article le plus consulté de la semaine après seulement deux jours de parution.

Voici le lien : Atlantico Chic.

Ces chiffres impressionnants nous disent donc clairement que ce petit tutorial en apparence anodin sur l’art de ne plus froisser ses costumes en voyage, a été consulté plus souvent que tous les articles (et ils sont nombreux avec des plumes très célèbres) sur l’actualité politique, sociale, culturelle et même « people » de ce site d’information important faisant partie des leaders chez les cadres moyens et supérieurs (CSP++) en France.

Alors bien sûr, ce fait pourrait prêter à sourire – il suffit pour s’en rendre compte de lire les commentaires sur le site qui s’insurgent contre la  « légèreté » de notre propos – ou à … pleurer, car le succès d’un tel article en apparence banal devrait, évidemment, nous inciter à nous questionner sur l’état de délitement de notre Société, visiblement plus intéressée par le pliage des costumes que par les débats de civilisation…

Mais il est également possible de considérer ce fait (plutôt intéressant sociologiquement d’ailleurs) sous un autre angle, et de le l’interpréter au contraire comme le témoignage (ou le symptôme) d’un mouvement beaucoup plus profond, lié au style de vie et au besoin de revenir à certains fondamentaux dans une société de plus en plus désincarnée…

Quoi qu’il en soit, et même si nous aurions préféré obtenir cette audience incroyable avec un article plus ambitieux, plus long et moins « utilitaire », nous ne pouvons que nous réjouir, chez PG, de ce petit « événement »…

Après tout il n’y pas de mal à détrôner, de temps à autre, les rubriques People… C’est toujours ça de pris.

Cheers, HUGO