Introduction à l'élégance :
une belle initiative de la Maison Smalto

Hugo JACOMET

Introduction à l’élégance : une belle initiative de la Maison Smalto

Gentlemen,

la semaine dernière, j’ai eu l’honneur et le plaisir de donner, en compagnie d’Erica Corbellini, professeur à l’Université de Bocconi, une conférence sur le renouveau du style masculin classique à la faveur d’une soirée organisée à Biella par mes amis de la Maison Vitale Barberis Canonico, la plus ancienne filature au monde – créé en 1663 – dont les tissus, et notamment les dernières collections issues d’archives des années 50 sont, de l’avis de tous les professionnels, parmi les plus beaux et les plus qualitatifs au monde. Nous reviendrons sur cette collection (et sur le « Grand Cru », un tissu réalisée avec le fil de laine le plus fin du monde), à la faveur d’un article spécifique dans les semaines à venir.

Et alors que mon auditoire était uniquement composé de professionnels du secteur venus du monde entier  (Suit Supply, Tomorrow Land, United Arrows, J. Hilburn, Caruso,  entre autres), j’ai pu, une fois de plus, me rendre compte de l’impact considérable que notre discours sur la montée en puissance de l’éducation sartoriale des hommes (et notamment des jeunes générations) avait auprès de ces acteurs majeurs du style masculin.

Je me suis en effet, une fois de plus, attaché à démontrer à ces très grands noms de l’industrie, que les clients avaient changé, qu’une nouvelle génération d’hommes de plus en plus éduqués au style classique et à ses codes était en train d’arriver sur le marché et que, selon moi, seules les entreprises ayant compris cette mutation (et se recentrant vraiment sur la qualité de leurs produits en rééquilibrant les investissements entre le produit et la communication) profiteront à plein de la vague sartoriale actuellement en cours sur la planète. En clair, à une époque où il arrive très fréquemment, dans les boutiques de prêt-à-porter, que les clients finissent par en savoir plus que les vendeurs, il devient difficile, voire impossible, de faire avaler des couleuvres à des hommes de plus en plus « affutés » en la matière et à faire passer de la vulgaire confection thermo-collée pour des produits de tradition.

Ou, pour le dire autrement, il devient urgent, même pour les méga-marques qui continuent de nous assommer avec leur marketing glamour d’un autre temps et qui pensent encore que les hommes sont sensibles à un logo ou une griffe, de prendre le virage de la qualité sous peine de voir leur clientèle se réduire comme peau de chagrin.

Dans ce registre, certaines Maisons commencent donc à prendre de belles initiatives afin d’accompagner intelligemment cette mutation, tant sur le plan de la qualité (le semi-entoilage devenant, petit à petit, la règle et l’entoilage intégral devenant, quant à lui, de plus en plus accessible) que sur le plan de la formation de leurs équipes et de l’éducation de leur clientèle.

C’est le cas de la Maison Smalto qui propose, pour sa collection automne-hiver, un très beau catalogue « collector » (gratuit et disponible dans tous les points de vente Smalto dans le monde depuis cette semaine) intitulé « introduction à l’élégance » dont la partie éducative a été conçue et écrite par votre serviteur.

Il s’agit donc, bien au delà de la présentation d’une collection, d’un petit livret très pratique regroupant les règles fondamentales d’élégance que tout homme devrait connaître et maîtriser et dont les illustrations sont issues, évidemment, de la nouvelle collection de la Maison Smalto.

Voilà ce que j’appelle une démarche moderne et intelligente, qui valorise une collection tout en prenant réellement en compte les changements de comportements et en apportant aux clients une réelle valeur ajoutée.

Le résultat est objectivement très réussi et ce petit livret que la Maison Smalto se propose de vous expédier gratuitement à votre adresse si toutefois il n’existe pas de boutique Smalto dans votre ville (il vous suffit d’en faire la demande sur la page Facebook de Smalto), vous sera sans doute utile pendant de nombreuses années.

La révolution sartoriale est en marche…

Cheers, HUGO