Du frisson d’être copié…

Hugo JACOMET

Du frisson d’être copié…

Gentlemen,

aujourd’hui est un grand jour pour Parisian Gentleman.

Nous pouvons, en effet, enfin nous vanter d’avoir été copiés et contrefaits ce qui, à en croire tous les théoriciens du « luxe », constituerait la première étape d’une reconnaissance planétaire durable.

Bien sûr, il serait malhonnête de dire que nous n’avons pas senti le coup venir…  Il faut dire qu’avec plus de 300 blogs aujourd’hui en ligne contenant le mot « Gentleman » (dont pas moins de 57 nouveaux venus dans le dernier trimestre), il était devenu quasi inexorable que notre nom soit, tôt ou tard, usurpé. La méthode la plus simple consistant à le faire en s’appropriant, évidemment, les deux lettres de notre célèbre acronyme PG, qui, pour la petite histoire, a été inventé par nos lecteurs et qui est très largement usité pour parler de notre travail. PG, après Procter et Gamble, c’est donc bien Parisian Gentleman dans l’esprit de dizaines de milliers d’hommes (et de femmes) dans le monde entier.

Après avoir été largement copiés jusque dans la formulation des phrases de nos articles, après avoir vu, avec surprise et plaisir, nos papiers majeurs « faire des petits » quelques jours après leur parution sur le web et dans la presse papier, après avoir vu, avec flegme et détachement, fleurir des promesses de boutonnières Milanaises sur les sites de maisons de confection industrielle quelques jours après la parution de notre « éloge de la Milanaise », nous avons l’insigne honneur de partager avec vous le premier plagiat direct de PG ci dessous :

Il s’agit d’un blog qui, pour ajouter encore à la confusion au regard des relations amicales que j’entretiens personnellement avec James Sherwood, a choisi de s’appeler : The Perfect Gentleman (titre du dernier ouvrage de James chez Thames & Hudson).

Le (mauvais) garçon à la tête de cette (mauvaise) blague a tout de même poussé le bouchon très loin en mettant du PG majuscule à toutes les sauces dans ses adresses de réseaux sociaux… Ce qui nous semble écarter l’hypothèse, cependant toujours possible, de l’ignorance de l’existence de PG au moment de la création de The Perfect Gentleman (rien que de l’écrire, j’en ai des frissons pour mon ami James Sherwood) en juin 2012.

Nous voulions donc adresser un clin d’oeil nonchalant et amusé (et en aucun cas agacé, je vous jure) au créateur Britannique de ce blog qui, inexplicablement, sert aujourd’hui (à grands renforts de PG mis toutes les sauces) de porte d’entrée à un autre blog, de bonne qualité cette-fois, intitulé « The Code of the Gentleman ».

Que cette utilisation directe de nos « codes » soit due au hasard ou non, la guerre des HashTags semble donc bel et bien déclarée… Et nous y survivrons.

Cheers, HUGO

Photo d’ouverture : Florida Keys 1968 © Elliott Erwitt. Cette superbe prise de vue a été utilisée pour la couverture du livre d’Umberto Ecco « Dire presque la même chose », paru aux éditions Grasset en 2007.