Guillaume Lancelot maroquinerie sur mesures à Paris

Parisian Gentleman

Guillaume Lancelot  maroquinerie sur mesures à Paris

Nous avons le plaisir de publier une interview de Guillaume Lancelot, jeune maroquinier parisien, réalisée par Adriano Dirnelli pour Parisian Gentleman.

Guillaume fait partie de cette nouvelle génération de jeunes entrepreneurs passionnés d’élégance et de produits artisanaux réalisés dans les règles de l’art qui commence à faire parler d’elle dans notre communauté.

Nous suivons Guillaume chez PG depuis ses débuts et sommes heureux de vous faire découvrir aujourd’hui son travail.

Certes, la production de Guillaume est n’en est encore qu’à ses balbutiements et son offre reste à ce jour modeste en termes de modèles, mais il nous semble aujourd’hui avoir atteint un degré de maturité et de constance suffisants pour avoir sa place dans ces colonnes et mériter votre attention.

Hugo Jacomet

———————

Après un début de carrière chez Dior puis chez Hermès, Guillaume Lancelot développe rapidement l’idée qu’il est possible d’aller plus loin en termes de travail du cuir. Mais à condition de passer à des structures beaucoup plus petites, plus humaines, plus artisanales.

« J’avais déjà cet amour du cuir qui m’est venue très jeune, car j’ai fait beaucoup d’équitation.

Je passais déjà beaucoup de temps à entretenir mon matériel, donc j’ai développé très vite cette sensibilité pour le cuir. Assez vite, j’ai eu l’idée de créer quelque chose dans cette voie. J’ai appris à aimer ce travail où l’on prend le temps de faire la pièce unique et de concentrer des années d’apprentissage de techniques et de savoir-faire dans un produit. »

Il s’associe donc à deux artisans indépendants, dont un ancien chef d’atelier issu de chez Hermès, pour proposer des réalisations sur mesures à des clients qu’il rencontre à leur domicile, tel un ‘travelling tailor’ du cuir.

Porte Document G. Lancelot 1 - copie

Porte Document G. Lancelot - copie

« Je suis très inspiré par le monde des tailleurs en grande mesure et j’essaie de développer la même approche dans la maroquinerie et la bagagerie.»

Chacun des deux artisans de la marque G. Lancelot travaille de chez lui, l’un pour les grosses pièces (bagagerie), l’autre pour les petites pièces (maroquinerie). Guillaume Lancelot, quant à lui, prend en charge la conception des modèles, l’achat des matières et les rendez-vous clients, crayon à la main, pour faire apparaître chaque création sous forme de croquis original d’abord, en dialogue avec le client.

« Quand je vais voir mes artisans, tout le travail commercial est « bouclé ». J’y vais avec un croquis que j’ai fait avec le client et avec les cuirs. L’artisan se concentre donc uniquement sur le travail technique, le travail du cuir, ce qui est vraiment le cœur de son métier.

Sa communication, Guillaume Lancelot la travaille surtout par le bouche à oreille pour l’instant. Les personnes qui le contactent via son site Internet, où directement, lui parlent en général, avant tout, d’un besoin, d’une envie ou de contraintes, plus que d’un produit précis.

Porte-Cartes G. Lancelot - copie

Porte Cartes G.Lancelot - copie

Guillaume Lancelot préfère que la rencontre ait lieu au domicile du client, pour mieux le connaître, en s’imprégnant de l’atmosphère de son domicile, afin de comprendre sa sensibilité et ses goûts.

« Je me rends chez lui avec un papier, un crayon et des échantillons de cuirs. J’essaye de tâter un peu le terrain en amont, de savoir ce qu’il aime afin de ne pas arriver avec une camionnette!

En discutant, j’appréhende ce dont il a besoin et surtout ce dont il a envie. Puis on dessine ensemble un produit, on fait des croquis.

A partir de ce moment là, il peut y avoir des allers-retours. C’est-à-dire que je peux, à l’issue du rendez-vous, renvoyer des dessins, les modifier et les retoucher quasiment à l’infini.

Ce n’est que lorsque l’on a enfin accouché d’un croquis qui correspond vraiment à ce que le client souhaite que je lui fais un devis avec un délai, et que les cuirs sont choisis ensemble.

L’avantage d’une (toute) petite structure c’est que tout peut devenir extrêmement poussé en termes de personnalisation. Par exemple, j’ai un client qui est malvoyant et qui utilise une loupe qu’il porte en permanence avec lui. Je lui ai donc conçu une serviette à double soufflets entièrement cousue à la main, une pièce vraiment exceptionnelle, avec une poche spéciale à l’intérieur, sous le soufflet, aux dimensions exactes de sa loupe au quart de millimètre près.

Ainsi, lorsqu’il ouvre sa serviette, sa loupe est immédiatement à portée de main, parce qu’elle est sur le dessus. C’est un petit détail, mais particulièrement pratique et important pour lui. C’est l’idée que je me fais de mon métier : créer de beaux objets avec un souci du détail poussé à l’extrême. »

Pour ceux qui ne souhaitent pas immédiatement goûter à l’expérience de la grande mesure, G. Lancelot propose également une offre dite de « petite mesure » avec une sélection des pièces les plus courantes  : porte-cartes, conférencier, ceinture, ou porte-documents, par exemple.

Aucun produit n’étant, par définition, en stock, tout peut donc être modifié, comme chez votre tailleur : cuirs, doublures, fil, initiales, etc. Une fois les détails arrêtés, là pièce est réalisée par l’artisan à la commande.

Porte feuille G Lancelot - copie

G.Lancelot Etui Iphone - copie

Les prix varient en fonction des cuirs.

A titre d’exemple, le porte-cartes, modèle Lohty, présenté sur le site internet, est proposé à partir de 450 € pour des cuirs de veau pleine fleur, en provenance uniquement de tanneries françaises telles que Degermann, Haas, Annonay, Tannerie du Puy, Ramy Carriat ou Roux.

« Il y a une petite dizaine de très grandes tanneries en France, et je n’en sors pas car c’est vraiment de la belle qualité. »

G.Lancelot Veau Grainé - copie

Guillaume Lancelot propose également des réalisations dans des peaux exotiques, telles que le karung, par exemple, une peau de serpent d’eau.

« Il s’avère que le karung a l’avantage de posséder des écailles collées les unes aux autres. C’est beaucoup plus lisse et donc cela dure beaucoup plus longtemps. C’est une très belle matière vendue au même prix que le python, mais c’est simplement méconnu parce que le python possède un nom qui sonne mieux. Du coup, les marques utilisent généralement du python. Mais lorsque je montre le karung aux clients, ils comprennent tout de suite l’avantage. »

La queue de castor, longtemps limitée et difficilement accessible, est une autre matière exotique que Guillaume Lancelot affectionne particulièrement .

« C’est quelque chose de très rare, mais c’est absolument magnifique. Çela vient surtout d’Alaska, car il y a là-bas une population de castors qui s’est beaucoup re-développée, et il redevient possible d’en trouver des petites quantités. C’est un cuir qui est absolument exceptionnel, très compliqué à travailler, très dur, mais qui offre une profondeur et un toucher absolument exceptionnels »

Si Guillaume Lancelot n’est pas particulièrement attiré par les cuirs de poissons, tels que le galuchat, actuellement très à la mode, il est en revanche très inspiré par d’autres matières moins courantes, telles que le croco nubucké.

G. Lancelot Alligator Tabac - copie

« C’est une matière très exclusive, très chère aussi, mais que je trouve absolument magnifique. Le principe du croco nubucké est que chaque écaille est un petit peu grattée et poncée à la main, ce qui est un procédé extrêmement chronophage mais dont le rendu est très différent du croco classique.

Au final, le toucher est un peu velouté, très agréable, très doux. Cela vaut une fortune mais c’est absolument superbe. Je travaille actuellement sur un prototype utilisant cette matière avec un de mes artisans… »

Adriano Dirnelli : http://dirnelli.tumblr.com

Site Officiel : http://g-lancelot.com