Question aux éditeurs de PG : votre avis sur les mocassins à pampilles ?

Parisian Gentleman

Question aux éditeurs de PG : votre avis sur les mocassins à pampilles ?

Elégants mocassins à pampilles par Enzo Bonafè

Bonjour Dirnelli,

j’aimerais connaître votre opinion concernant les mocassins à pampilles : sont-ils connotés « Preppy » de la côte Est des USA (voir Les Racines du Style Preppy), ou plutôt lobbyist de gauche ?

Je pense que vous vous rappelez de ce conseiller du Président Reagan décrivant les partisans de Bush comme « ces types portant des mocassins à pampilles et qui crient toujours à l’injustice lorsqu’ils perdent » ?

Merci, 

Patrick

_______________________________________________________

Cher Patrick

Pour être honnête j’avais moi aussi tendance à mépriser ces mocassins et leurs pampilles ridicules, jusqu’à ce que de nombreuses images issues du Pitti apparaissant sur mon tableau de bord Tumblr aient raison de moi.

Aujourd’hui, j’en possède une paire. La pression de mes pairs mon cher !

Dirnelli

Cobbler Union Tassel LoafersTassel loafers classiques par Cobbler Union

_______________________________________________________

Réponse de Patrick, 

Re-bonjour Dirnelli,

Je fais partie de ceux qui font le buzz sur les « tassels loafers » et qui ont inondé votre Tumblr de photos de mocassins à pampilles. 

Puis-je vous demander pourquoi vous aviez tendance à mépriser ce type de souliers ? Je ne veux pas être indiscret, mais votre avis sur le sujet m’intéresse.

Patrick

_______________________________________________________

J. Fitzpatrick Tassel Loafers

Une jolie version en daim par J.Fitzpatrick Footwear

Gaziano-Girling-Tassel Loafers

Le mocassin à pampilles vu par Gaziano and Girling

Cher Patrick,

Les mocassins à pampilles me font effectivement penser à mes années de « prep school » en Nouvelle-Angleterre. Oui, ces souliers étaient portés, à l’époque, par les jeunes « WASPy » (White Anglo-Saxon Protestant. Ndt) républicains et j’aurais préféré mourir plutôt que de porter ces horribles souliers avant l’âge de 40 ans.

Mais maintenant que j’ai dépassé la quarantaine, mes camarades quadras et moi-même sommes tous, soudainement, retombés amoureux des mocassins à pampilles !

Ajoutez à cela le fait que les « tassel loafers » sont effectivement redevenus portables dans un contexte aujourd’hui complètement différent – celui, par exemple, du Pitti Uomo, où de jeunes hommes les portent avec bonheur et style  – et tous vos préjugés sur ce type de mocassins passent à la trappe !

Bestetti Tassel Loafers

Une version intéressante (et innovante) par Riccardo Freccia Bestetti

Zonkey Boot Tassel Loafers

Une belle version contemporaine par Zonkey Boot

Ceci étant dit, il est tout à fait possible que je les trouve de nouveau importables d’ici une saison ou deux et que si vous me posez la même question dans deux ans, je vous réponde un truc du genre : les mocassins à pampilles ? Oh non, ca fait tellement 2015… A l’inverse, il est aussi tout à fait possible que je les adopte pour toute ma vie. Il est trop tôt pour en juger.

D’ailleurs cette question, en apparence anecdotique, met l’accent sur un aspect crucial de notre domaine : quelle est l’impulsion derrière le fait que nous décidions, d’un seul coup, de réintégrer dans nos garde-robes un élément de style jugé, jusqu’alors, ringard ? Cette question est au coeur des débats autour de la renaissance de l’élégance masculine ces dernières années.

Peut-être avons nous tous fait le tour des options « évidentes » qui nous étaient offertes dans un premier temps et que, dans notre quête permanente de style, nous sommes désormais obligés de nous ré-intéresser à certains terrains sombres et abandonnés de l’univers de l’élégance masculine.

Prenez l’exemple du retour indiscutable actuel de motifs comme le « Gun Club Check » (voir l’article de Sonya dans PG sur le sujet : Les petits carreaux, le gros potentiel) qui étaient tombés aux oubliettes depuis des années (et qui, soit dit en passant, ne devraient pas, selon moi, être portés avant l’âge de 60 ans).

Tout comme les mocassins à pampilles, les gamins portent désormais des vestes à motifs « Gun Club » comme s’il s’agissait d’un tissu dernier cri en ville. Pourtant à chaque fois que je porte une veste avec un motif de ce ce type ma femme m’arrête et me demande : « comment peux-tu porter une telle veste de grand-père ? ». Et je dois avouer comprendre ce qu’elle veut dire même si j’essaie de la convaincre que ces motifs anciens sont de nouveau intéressants en terme de style.

La roue du style masculin est donc juste en train de tourner. Rien de bien nouveau sous le soleil.

Faites l’expérience de porter un type de vêtement suffisamment longtemps et vous découvrirez qu’il sera, tour à tour, très « stylé », puis très « passé » avant de faire l’objet, assez vite, d’un « revival » stylistique. Et ce cycle se répète depuis plus de 100 ans.

Les gamins doivent donc cesser de s’imaginer que n’importe lequel de ces éléments de style est nouveau car, en réalité, il ne s’agit, la plupart du temps, que de « revivals » et que très rarement de réelles innovations.

Bon je vous laisse, car je dois absolument aller m’acheter cette « nouvelle » veste de chasse de type Norfolk à motif pied de poule…

Bien à vous,

Dirnelli

Alfred Sargent Tassel LoafersJohn Lobb Tassel Loafers

Aubercy Tassel Loafers

Ci-dessus : Alfred SargentJohn Lobb and Aubercy tassel loafers.

 Dirnelli