Cotton Society : la chemise sur mesure abordable

Parisian Gentleman

Cotton Society : la chemise sur mesure abordable

Voilà quelque temps que nous entendons parler de Cotton Society.

Cette jeune maison s’est fait remarquer en proposant des chemises bien faites à un prix plus qu’honorable. Elle fait partie de ces nouveaux acteurs qui proposent à la fois une offre en ligne facile à utiliser et un service de qualité.

Fabrice de Buhan, à l’origine de Cotton Society, vit en Chine depuis 2008. Il se lie d’amitié avec Pierre Duboin, ancien premier d’atelier mesure chez Lanvin, qui, fort de son savoir-faire, l’aide à améliorer le patronage des chemises Cotton Society. Fabrice fait ses classes et en parallèle rencontre à Shanghai Willy, un chemisier de Hong Kong. Chez Willy, comme chez Pierre, on est tailleur de père en fils. Formé par les anglais, Willy est séduit par le projet de Fabrice et l’opportunité de faire renaître un savoir-faire ancestral. Sous l’œil attentif de Pierre, Fabrice et Willy montent un atelier de fabrication de chemises, à Shanghai.

Cotton Society Duboin 1

Cotton Society Duboin 3

Depuis Paris, Pierre accompagne la création des patronages et son cahier des charges est respecté : dessin et coupe main, montage du col, montage de l’épaule… Tout doit être conforme aux techniques des grandes maisons françaises.

Accompagné de son ami de toujours, Luis Penedo (chemisier en grande mesure chez Gaillet, Hermès, Sulka et Charvet), Pierre fait en 2015 le voyage en Chine pour faire les derniers réglages (voir le joli reportage vidéo de cette visite ICI), et soigner les derniers détails. Le résultat ne déçoit pas, avec un rapport qualité-prix difficile à surpasser : une chemise très bien conçue, montée à l’ancienne, à vos mesures,  le tout à moins de 90€.

Cotton Society Duboin et Penedo 2

Cotton Society Duboin Penedo et Willy

Parisian Gentleman : Aujourd’hui, on assiste à une multiplication des nouvelles offres sur le segment de la chemise sur mesure, notamment en ligne. En quoi la vôtre se distingue-t-elle ?

Fabrice de Buhan : Chez Cotton Society, vous avez la possibilité de commander en ligne, tout simplement, mais aussi de venir nous rendre visite dans notre boutique parisienne pour une prise de mesures, un conseil ou un choix de tissu. Peu de concurrents offrent, à ce jour, cette double possibilité. Nous avons lancé notre nouveau site en février pour simplifier encore la prise de commande en ligne.

Nous nous distinguons aussi par nos prix, particulièrement raisonnables. Forts de la valeur que nous mettons dans la fabrication et de notre sélection de tissus abordables, vous pouvez vous constituer de bons basiques, bien montés, à moins de 90€.

Enfin, c’est sur le style de nos cols et la diversité de nos tissus que nous pensons apporter la plus forte valeur ajoutée.  Celui qui cherche une belle popeline blanche avec un col français trouvera bien entendu son bonheur chez Cotton Society. Mais nous proposons aussi une large gamme de chambray, de velours, de carreaux en flanelle et toute une palette de tissus japonais que vous ne trouverez chez aucun de nos concurrents. Des boutons bois et des cols atypiques complètent l’offre et permettent à nos clients, notamment les plus jeunes, de se constituer un dressing qui leur ressemble.

Parisian Gentleman : Que répondez-vous à ceux qui regardent avec méfiance la fabrication chinoise ?

Fabrice de Buhan : Il n’y a aucune méfiance à avoir en termes de qualité. Au contraire : nous ne faisons aucun compromis sur le sujet. Nos chemises sont coupées à la main, du dessin du patron papier au tissu, en passant par tous les empiècements.

Cotton Society 1 handworkC’est la seule manière de nous assurer, par exemple, que les rayures soient alignées là où elles doivent l’être. D’autre part, nous sommes assez old school et nos chemises sont montées de façon traditionnelle : le col est triplement entoilé, avec une épaisseur et des lignes spécifiques pour chacune des couches, ce qui lui confère une belle tenue et une bonne durabilité. Ils sont thermocollés pour plus de simplicité d’entretien, mais montés à l’italienne, c’est à dire avec la partie intérieure du pied de col libre, sans colle, pour un maximum de confort.

Les chemises sont assemblées à la machine plate traditionnelle une aiguille – et non pas double aiguille – ce qui nous permet d’avoir une couture fine et discrète en plus d’un montage flexible.

Nous venons doucement aux « finitions main » pour le plaisir des plus exigeants, mais y allons avec prudence. Si certains affectionnent une emmanchure main, d’autres trouveront pénible de devoir aller faire remonter sa manche au premier coup de fer mal venu…

Parisian Gentleman : Que pouvez-vous nous dire sur votre offre de tissus ? J’ai remarqué que vous vous fournissez, entre autres, au Japon. Pourquoi ?

Fabrice de Buhan : Les japonais sont d’excellents tisseurs, notamment en matière de tissus casual : je pense par exemple à certains denims, velours et chambray japonais sur lesquels nous avons de très bons retours. Pour l’anecdote, j’entends encore mon grand-père me dire que le made in Japan était fini, et que la Chine allait prendre la relève du « cheap »…

Voyez ce qu’on dit aujourd’hui du Japon… Il en sera de même avec la Chine dans 5-10 ans, croyez-moi ! C’est en forgeant que l’on devient forgeron…et les Chinois l’ont bien compris !

Parisian Gentleman : Pourriez-vous nous rappeler vos gammes de prix, et les différences d’une gamme à l’autre ?

Fabrice de Buhan : Nous avons simplifié notre offre en gardant 3 prix:

– 59€ pour notre offre découverte, avec des tissus abordables et tout à fait corrects. Nous y déstockons aussi de temps en temps d’excellents tissus de précédentes collections.

– 79€ pour notre cœur de gamme : vous y trouvez principalement des doubles retors, mais aussi de simple retors à forte densité (plus épais) et quelques tissus casual japonais.

– 99€ pour notre haut de gamme avec certains tissus présentant un titrage supérieur à 120’s.

Chemises Cotton Society 2 - copie

Chemises Cotton Society 3 - copie

Chemises Cotton Society 4 - copie

Nous avons également pour projet de proposer occasionnellement des tissus exceptionnels à nos clients fidèles pour leur permettre de faire réaliser quelques chemises d’exception en plus de leurs chemises de tous les jours. Nous sommes en discussion à ce sujet avec plusieurs tisseurs.

Parisian Gentleman : Quelles sont les petits détails de fabrication qu’il est possible de vous commander, lorsque l’on est connaisseur et exigeant ?

Fabrice de Buhan : Nous proposons sur notre site en standard une personnalisation plutôt complète et efficace. Les options classiques sont proposées (type de col, de poignets, de gorges, de dos, de poches etc…) mais également une personnalisation plus poussée telle que le type de boutons (nacre, bois, couleurs), une hirondelle de renfort dans le bas de chemise, des baleines amovibles…

Les plus exigeants viennent souvent directement à La Conciergerie, notre boutique à deux pas de la Madeleine, et nous demandent de leur faire le même col que leur chemise préférée qu’ils portent depuis des années, sans jamais avoir trouvé d’équivalent. Certains, comme vous (Adriano), nous demandent de monter leur col avec la gorge des baleines amovibles plus larges, d’autres avec une rigidité particulière : tout cela est envisageable parce nous sommes des fabricants et non pas « simplement » des revendeurs.

Pour autant, nous pensons qu’il est inutile de submerger un client qui découvre le monde du sur-mesure avec des questions trop ciblées, car cela aurait pour résultat de le noyer dans des détails qu’il n’avait pas même pas envisagés. C’est pour cette raison que vous trouverez beaucoup plus de choix de cols, de poignets, de tissus et de détails de finition dans notre boutique physique que sur le site.

Parisian Gentleman : Les clients peuvent ils vous remettre une chemise à copier dans l’atelier, ou travaillez-vous uniquement sur un nombre limité de formes prédéterminées ?

Fabrice de Buhan : Nous pouvons le faire. Cependant, il y aura toujours un écart de patronage, même minuscule voire infinitésimal. Notre idée n’est pas de copier au demi-millimètre la chemise d’un autre, mais plutôt de comprendre ce qu’elle a de bien, de la reproduire, et surtout de tenter de l’améliorer encore.

Parisian Gentleman : Possédez-vous votre atelier?

Fabrice de Buhan : C’est une question qui revient souvent… Un atelier c’est avant tout une âme, du savoir-faire et une envie de faire.

Il ne s’agit pas d’une usine avec des grosses machines et des opérateurs que l’on peut changer sans problème sans altérer la qualité finale. Chez nous,un chemisier monte une chemise entière, de A à Z. Ce sont des gens qui aiment travailler avec leurs mains. Ce capital immatériel ne nous appartiendra malheureusement jamais, mais c’est notre métier de le garder à notre service, de leur donner envie de mieux faire et de leur ouvrir de nouveaux horizons.

Les murs, les machines, les tables et les chaises nous appartiennent oui. Mais c’est le coût de notre engagement au quotidien qui est lourd.  C’est cependant la meilleure façon de maintenir une exigence de qualité tout en gardant une bonne relation avec notre équipes et son savoir-faire.

Depuis cinq  ans les volumes augmentent et la qualité aussi ! Nous avons par exemple récemment changé de référence de triplures de col et de poignets pour les assouplir sans perdre en tenue. Nous avons aussi mis en place un nouveau procédé de confection pour monter des tissus sans repassage. Le « facile à repasser » est une tendance de fond. Nous ne pouvions pas le monter proprement avant, mais désormais c’est réglé !

Les chemises Cotton Society représentent aujourd’hui 60 à 80% de la capacité de production totale de notre manufacture. Le reste est alloué à d’autres clients comme des tailleurs locaux que nous connaissons bien. Cela nous permet de lisser la saisonnalité du vieux continent en plus de nous ouvrir à un marché différent.

Depuis peu, d’autres tailleurs opérant en e-commerce qui partagent notre vision produit, sans pour autant vouloir s’occuper des opérations, sont venus nous voir pour fabriquer pour eux. Nous leur livrons un service clé-en-main (tissus, façon, contrôle qualité, photos, emballage, expédition) à un prix très raisonnable. Du coup nous sommes en train de faire de la place pour accueillir quatre nouveaux monteurs pour augmenter notre capacité de fabrication et développer ce nouvel axe. Moi qui voulais supprimer les patrons papiers, trop lourds en gestion et archivage, je me rends compte que c’est une vraie force aujourd’hui sur un marché où tout est industriel !

Cotton Society Patronnage

Cotton Society handwork 2

Cotton Society outils

Parisian Gentleman : Pouvez-vous me parler du choix de proposer une offre en ligne et en parallèle une en boutique? Est-ce parti du constat que la plupart des clients craignent de faire la prise de mesure eux mêmes, seuls face à l’ordinateur ?

Fabrice de Buhan : La prise de mesure peut paraître délicate et c’est effectivement l’une des raisons qui nous a poussé à ouvrir une boutique. Mais, en réalité, cette étape est désormais très simplifiée et et de plus en plus maîtrisée y compris sur le site.

Ouvrir boutique c’est aussi la volonté d’établir un contact direct avec nos clients, de leur donner l’opportunité de toucher les tissus et d’affiner leur patron. La recette est simple, Guillaume y fait aujourd’hui un travail précis et efficace, et nous livrons un produit bien fait, à l’heure !

Par ailleurs, nous pouvons nous rendre directement au bureau ou au domicile de nos clients parisiens qui ne voudraient pas franchir le pas sur internet ou qui n’auraient pas le temps ou même l’envie de se déplacer. C’est comme ça que nous avons lancé notre rendez-vous tous les deux mois à Genève. Et la mayonnaise semble prendre avec une recette simple : de bons ingrédients, de l’huile de coude et de la passion sans prétention…

Parisian Gentleman : Est-ce que vous acceptez de travailler avec un tissu fourni par le client ?

Fabrice de Buhan : Cela nous est arrivé pour un client qui travaillait dans le secteur, et qui avait récupéré de très belles étoffes. En revanche, cela nuit à notre compétitivité parce qu’il faut expédier le tissu à Shanghai par colis express. En plus d’un lourd bilan carbone, cela a évidemment un coût.

Propos recueillis par Adriano Dirnelli en Avril 2016 pour Parisian Gentleman

Aujourd’hui, entre demi-mesure et grande-mesure, il y a donc Cotton Society qui est l’une des rares maisons à dessiner et à couper à la main les chemises, dans un budget plus que raisonnable.

Le résultat étonnant mérite que l’on s’y attarde. Personellement, j’ai d’abord testé leur offre avec une chemise casual en chambray à 59€, dont je suis très content. J’ai  ensuite testé leur offre plus habillée, avec une chemise à chevrons bleu ciel qui m’a également convaincu. Le col a une tenue digne de chemises beaucoup plus chères sur le marché, les finitions sont plus qu’honorables, et le tissus à une très bonne main pour la gamme de prix : seulement  93€ (avec initiales, boutons nacre et une personnalisation du col pour accommoder la largeur de mes baleines en nacre d’un format non-standard…).

Il s’agit donc d’un rapport qualité-prix dans l’entrée de gamme très difficile à battre sur le marché français.

— — —

Boutique en ligne : Cotton Society

La Conciergerie : 1, rue Greffulhe, Paris 8° – ‪09 83 88 10 88‬

Dirnelli Tumblr