Du plaisir de voyager élégant

Hugo JACOMET

Du plaisir de voyager élégant

Les voyages font partie intégrante de l’aventure Parisian Gentleman depuis maintenant plus de sept ans.

Avec Sonya et Greg nous avons en effet, ces dernières années, parcouru le monde sans relâche pour les besoins de PG mais également pour les besoins des activités périphériques au site : conférences universitaires, conférences privées, participation à des événements « sartoriaux » en tout genre, soirées PG, événements de dédicace de mon livre « Parisian Gentleman », visites d’ateliers pour mes livres, participation à des salons internationaux, tournages, interviews pour la presse écrite, pour des magazines, interviews vidéo pour des confrères etc.

L’année dernière seulement, entre l’écriture de mon livre « The Italian Gentleman » en Italie et les différents événements de dédicace de mon « Eloge de l’élégance à la française » dans le monde entier, nous avons été « sur la route » quasiment 9 mois sans discontinuer, en Italie bien sûr mais également en Espagne, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Asie, en Amérique Latine, au Canada et en Europe de l’Est.

Quand je dis « sur la route », il s’agit bien entendu d’une façon de parler puisqu’en réalité nous avons du prendre, en cumulé, plus de cent fois l’avion sur les douze derniers mois…

Et lors de ces multiples voyages, nous n’avons jamais transigé avec l’une de nos règles internes : toujours voyager impeccablement vêtus – avec costume ou veste sport, cravate ou, à minima, mouchoir de poche, souliers impeccablement cirés et chemises impeccablement repassées – et ce, quelle que soit la destination et, surtout, la durée du voyage.

seanconnery

Cette « règle » pourrait paraître saugrenue à bon nombre d’entre vous tant il semble entendu que lors d’un voyage en avion, et a fortiori lors d’un vol long-courrier, l’aisance prime sur tout le reste pour des raisons évidentes de confort et même de santé.

Pourtant, pour avoir voyagé plusieurs centaines de fois en costume-cravate au cours de ces cinq dernières années – et pas toujours en classe affaires, loin de là – je peux témoigner que non seulement il est tout à fait possible de voyager en restant élégant, mais qu’en outre cela améliore considérablement, et à tous les coups, la qualité de votre voyage.

Pourquoi ? Parce qu’être élégant(e) déclenche invariablement chez les différents interlocuteurs que vous côtoyez lors d’un voyage en avion (agents au sol pour le check-in, équipes de sécurité, police aux frontières, équipages, autres passagers) les mêmes réactions : des sourires, de la gentillesse, du respect et de la politesse qu’aucun « cargo short » (surtout à motif camouflage), ni aucune chaussure Nike ouverte (les pires de toutes) ne saurait déclencher, même de loin.

Voyager en étant élégant est donc une expérience – humainement – passionnante et toujours valorisante, une fois dépassés (et ignorés) les quelques ricanements idiots que vous percevrez dans votre dos lorsque vous passerez à proximité immédiate d’un troupeau de touristes précisément affublés de cargo shorts et de sandales (généralement agrémentés d’une casquette publicitaire).

Grey-Flannel-Suit-3Et croyez-moi, faire l’effort de rester élégant même lors d’un long voyage apporte, quasi invariablement, son lot de bonnes surprises : surclassement de dernière minute, coupe-file à l’enregistrement, accès à des salons sans avoir le bon billet dans la bonne classe, accès à des « Fast Tracks » à la sécurité, supplément de vin rouge et de crackers, et autres (vraies) gâteries de ce genre. Sans compter la sympathie générale que vous vous attirerez si, pour couronner le tout, vous vous comportez avec grâce, sans énervement ni agitation et en gardant le sourire.

Monter dans un vol long-courrier en costume bespoke, avec une cravate impeccablement ajustée et des souliers immaculés est donc une expérience vraiment surprenante, aussi bien pour vous que pour les équipages qui, généralement, adorent cela. Ils seront d’ailleurs, la plupart du temps, aux petits soins avec « le gars aux cheveux longs bien habillé » et sa compagne, « elle aussi en costume tailleur avec une cravate et des bretelles », du rang 14. Et très souvent ils viendront même vous dire à quel point ils trouvent cela agréable et valorisant de servir des passagers qui ne ressemblent pas à tous les autres…

J’aime voyager en cravate. Et pas uniquement pour me démarquer des autres.

J’aime voyager en cravate parce que cela donne à l’expérience un petit goût suranné, comme si traverser l’Atlantique était encore un événement, une occasion spéciale. Et si vous avez un bon fournisseur de chemises sur mesure et que vous savez choisir une cravate légère dont le noeud tient bien, il est même possible de rester impeccable de bout en bout, même pour un vol de plus huit heures (avec autorisation de relâcher un peu la cravate et d’ouvrir un peu le col de chemise en cas de sieste, tout de même !).

vintage-air-travel-1

vintage-air-travel-12

Voyager bien habillé n’implique cependant évidemment pas, de nos jours, de porter absolument une cravate. Une belle Travel Jacket sur une jolie chemise « button-down » assortie à un joli pantalon en coton feront, eux aussi, parfaitement l’affaire.

Mais en revanche voyager bien habillé a toujours transformé, en ce qui me concerne, une corvée (ou un moment fatiguant) en une expérience humaine plaisante, surprenante et, souvent, sympathique.

Essayez vous-même. Vous verrez, ca change tout…