Le guide Parisian Gentleman des instruments d’écriture

Dr John SLAMSON

Le guide Parisian Gentleman des instruments d’écriture

Les règles traditionnelles de l’élégance masculine ont souvent eu tendance à proscrire les bijoux et à valoriser la discrétion, limitant en général les bijoux pour hommes à la montre, à une éventuelle alliance au doigt et aux boutons de manchette.

Parmi la recrudescence actuelle des accessoires (épingles à cravate, bracelets…), les instruments d’écritures nous semblent ainsi faire figure de véritables outils de tradition artisanale capables de s’allier avec une tenue et d’affirmer un style personnel. Par la possibilité offerte de marier couleurs, texture et taille, allure classique ou contemporaine, les instruments d’écriture sont naturellement les alliés du gentleman.

Le style masculin passe donc potentiellement aussi par le stylo…

Historiquement, l’innovation technique a été le point crucial du développement commercial des marques d’instruments d’écriture, chacune rivalisant d’invention mécanique (pour les systèmes de remplissage : à levier, piston, cartouche, eye-dropper, snorkel pen, etc.), chimique (qualité des encres, fluidité, séchage) et pratique (agrafe, vissage du capuchon, possibilité de le mettre en bout de stylo).

L’esthétique a cependant toujours fait partie de l’identité des marques, depuis les stylos filigranés en or ou argent et l’inventivité des designs et des couleurs qui ont marqué les débuts de cet outil au vingtième siècle. Et depuis que les défis techniques se sont relativement stabilisés, le style est devenu primordial dans un marché en berne car les outils d’écritures électroniques ne sont pas loin d’évincer la pratique même de l’écriture manuelle.

P 189/2 : Stylo-plume sur lettre

C’est tout de même un comble qu’il soit devenu envisageable, après des siècles à raffiner l’une des inventions humaines les plus précieuses pour la communication mais aussi la finesse motrice et cognitive, que l’on envisage parfois institutionnellement de ne plus enseigner l’écriture ! C’est le cas en Finlande qui compte ne plus apprendre aux écoliers l’écriture cursive. Il est loin le temps où l’on offrait à sa progéniture un beau stylo plume censé durer pour la vie… C’est pourtant une pratique qui mériterait de se renouveler — avec un passage chez son tailleur, évidemment.

Le marché se tourne donc beaucoup vers le stylo comme accessoire esthétique, comme symbole de statut ou, tout simplement, comme bel objet, voire comme objet de collection. S’il a pu exister deux sortes de maisons — celles qui privilégient le stylo comme accessoire de luxe et celles qui l’abordent avant tout comme instrument d’écriture — aujourd’hui, la plupart des maisons proposent les deux approches.

medium800

montegrappa-limited-edition-pirates-pen-2-770x595

img_9742-001-copy

Certaines sont donc résolument tournées vers les stylos de luxe qui peuvent atteindre des milliers voire des dizaines de milliers d’euros. On trouve alors des éditions limitées qui déclinent l’identité de la marque autour de thématiques de prestige (Montegrappa avec ses dragons et ses pirates, Visconti et ses éditions commémoratives). Ce sont souvent des stylos qui ne sont pas transportables, par leur taille, leur délicatesse… et leur valeur car il s’agit parfois de pièces de joaillerie dont les matières précieuses dépassent de très loin la « simple » fonction d’écriture.

C’est ainsi que certains stylos, dont les tirages n’excèdent pas quelques exemplaires, atteignent par exemple le million d’euros chez Montblanc. Les maisons S.T. Dupont et Aurora font aussi partie des maisons dont le catalogue est (presque) uniquement centré sur les stylos luxueux.

montblanc-carlo-collodi

limited-edition-s-t-dupont-samurai-prestige-lighter-and-pen-set-2

L’autre versant du marché consiste à proposer des stylos orientés vers un usage plus quotidien. Dans cette dernière catégorie, certaines marques (Parker, Lamy, Pilot, Cross, Waterman) disposent d’une gamme étendue, qui démarre avec le stylo jetable (en passant par le stylo-plume pour écoliers chez Pilot, et les stylos ergonomiques pour l’apprentissage de l’écriture chez Lamy) pour arriver au bel objet artisanal.

stylo-plume-cross-bailey-bordeaux-laque

stylo-plume-waterman-carene-or-massif-18-k-laque-noire-gt

Nous vous proposons aujourd’hui un guide des instruments d’écriture, fruit de longs mois de travail, de recherche et de tests, dont le but est de vous éclairer sur l’identité stylistique de chaque maison et de vous aider dans votre recherche du stylo qui conviendra le mieux à votre style, à vos goûts et, évidemment, à vos moyens.

Pour chaque maison retenue, nous évoquerons ses instruments d’écriture emblématiques. Nous avons aussi fait l’effort de sélectionner, autant que possible, des stylos représentatifs des marques mais plus abordables.

Cependant chaque maison proposant chaque année des séries limitées (comme Graf von Faber-Castell et son stylo de l’année), il est impossible de suivre cette offre, par définition sujette à une disponibilité variable et en constant mouvement. Les modèles iconiques et historiques des marques sont d’ailleurs souvent renouvelés et proposés dans de nouveaux matériaux (bois, cuir, etc.).

Sur le plan esthétique, si l’on met de côté la pure fantaisie outrancière et le luxe absolu de stylos en diamants, il existe essentiellement deux sortes d’esthétique dans le stylo plume contemporain (et par extension, dans les modèles bille, porte-mine, roller qui en sont les déclinaisons moins « nobles ») :

  • D’un côté, le classicisme formel privilégiant l’élégance et la sobriété (Pelikan, par exemple).
  • De l’autre côté, la recherche d’un design contemporain valorisant les matières modernes (TWSBI et ses stylos transparents).

La plupart du temps, les deux esthétiques cohabitent au sein de collections différentes. Montblanc et Parker sont des exemples parfaits de cette ambivalence. Chez Montblanc, le classique Meisterstück 149 voisine avec le StarWalker au corps en caoutchouc, céramique ou carbone avec étoile sous bulle de verre. Chez Parker, les nouvelles versions du Duofold sont d’une grande sobriété (laque) alors que le Parker Premier Black Edition est en métal brossé noir mat (voir ci-dessous).

78169720150221969

parker-premier-black-edition-1

Nous nous sommes concentrés sur les marques et les modèles disponibles tout en privilégiant les marques historiques qui ont contribué de façon marquante au développement technique des instruments d’écriture et qui ont su se renouveler au fil des décennies.

Ces marques ont été créées, pour la plupart, au XIXe siècle ou au début du XXe siècle.

Il est important de savoir que le marché de l’occasion est très dynamique et il est particulièrement plaisant pour l’amateur de trouver des marques ou des modèles disparus ainsi que des versions anciennes de modèles contemporains. La fragilité éventuelle des modèles anciens les rendent souvent peu aptes à supporter les déplacements. Mais le gentleman amateur de vintage sera ravi de chiner des marques disparues comme Mabie Todd, De la Rue Onoto, Esterbrook, Burnham ou encore LeBoeuf.

swan-mabie-todd-14-ct-gold-nib-sterling

458279-139

peninhandjul2015_1280_02

On remarquera aussi qu’indépendamment des identités esthétiques particulières, parfois très marquées, chaque maison propose au moins un stylo que l’amateur éclairé peut apprécier. Et puis, comme en matière de vêtement, personne n’est limité à un seul stylo : l’harmonisation des couleurs et des matières avec la tenue vestimentaire et les occasions ouvre sur des possibilités infinies…

Le gentleman adorant le style napolitain trouvera peut-être un certain plaisir à équilibrer sa tenue avec un stylo d’une sobriété rigoureuse (Pilot ou Graf von Faber-Castell) tandis que l’amateur de style britannique pourra peut-être égayer sa tenue avec un trait de couleur orange façon Montegrappa ou Visconti…

Comme en matière de tailoring, les collections dites de « haute écriture » présentent un avantage majeur : une qualité de construction et de savoir-faire sans approximation. Les opérations réalisées à la main et le contrôle qualité des grandes marques proposent des instruments sans faille. La fermeté en souplesse d’une agrafe de S.T. Dupont, Visconti ou Graf von Faber Castell, la perfection irréprochable d’un Caran d’Ache ou le piston d’un Montblanc inspirent une confiance que les stylos d’entrée de gamme ne peuvent atteindre. Comme pour les vêtements, un stylo un peu cher est un excellent investissement : il vous durera toute une vie.

Parmi les tendances actuelles, on note que des marques disparues refont surface au sein de nouvelles entités, comme Conklin, Wahl-Eversharp ou Conway-Stewart et que de nouvelles marques s’inscrivent dans la continuité classique avec une certaine ambition comme Edison.

La distribution est cependant souvent problématique et divers sites proposent une offre où l’on retrouve des marques de manière hétérogène (Goulet Pen Company, Andy’s Pens, I Sell Pens, Mr Pen…).

Il est évidemment préférable de se rendre physiquement dans les magasins de stylos, non seulement pour en tester la plume mais pour juger de leur poids, de la qualité des finitions et des matières. On conseillera Mora (7 Rue de Tournon, 75006 Paris), Syll (56 boulevard St Michel, entre autres), Stylo Bac (68 Rue du Bac, 75007 Paris), le Palais du Stylo (9 rue Auber, 75009), Opéra Stylos (26 boulevard des Italiens, 75009) ou encore Le Bon Marché ou le BHV qui disposent de représentants de chaque marque d’une grande compétence…

Quelques maisons ressortent clairement du lot : S.T. Dupont, Visconti, Montegrappa, Graf von Faber Castell, Montblanc et Caran d’Ache. Il s’agit d’instruments d’écriture de haut vol, pour leur qualité technique comme pour leur esthétique et la qualité de leurs matériaux. D’autres marques préfèrent imiter de grands modèles ou bien l’esthétique vintage, avec parfois de notables réussites mais uniquement sur le plan visuel : les plumes sont en général efficaces mais banales et l’usinage moins précis et moins solide (on ne parlera évidemment pas des imitations de grandes marques à bas prix réalisées sous d’autres cieux…).

Pour l’amateur, le processus de laquage à la japonaise donne une véritable profondeur mais il est très coûteux. On trouve des décorations maki-e chez Platinum, Namiki, Edison, et de belles laques chez S.T. Dupont. Les décorations réalisées en véritable laque de Chine sont d’une notable complexité et relèvent d’un artisanat d’art qui dépasse l’instrument d’écriture lui-même.

L’amateur (très) averti sera sans doute un peu frustré de ne pas trouver toutes les marques qu’il connaît. Qu’il ne nous en tienne cependant pas rigueur : l’exhaustivité n’est pas ici notre propos et certaines maisons n’ont en outre pas jugé bon de répondre à notre appel et à nos demandes d’informations. De plus, certaines marques se trouvent actuellement « entre deux eaux » et il n’est pas aisé de savoir si elles existent encore ou au sein de quelles entités avec des sites parfois inactifs (Conway-Stewart, Stipula, Delta…).

Il n’est pas non plus possible d’indiquer des références de prix car les variations peuvent être très importantes au sein d’une maison selon les gammes et dépendent également du prix pratiqué en magasin (et sur internet…).

Un astérisque indique cependant les marques que nous avons particulièrement appréciées.

Aurora

aurora-inferno

Dans un style italien parfois un peu outrancier, Aurora est une marque historique (1919) aux productions techniquement sans failles mais un peu trop voyantes et bariolées à notre goût.

Les nombreuses éditions spéciales se laissent aller à des sculptures qui rendent le stylo peu maniable. On peut apprécier certaines audaces mais la surenchère clinquante (l’Ipsilon Quadra Gold avec capuchon en or !) l’emporte en général sur l’intérêt de l’écriture.

aurd11rn_aurora_talentum_rubber_fp_black_1024x1024

Le Talentum Rubber (voir image ci-dessus) et le TU sont cependant élégamment impressionnants et d’un modernisme classique tandis que le 365 en résine colorée (voir image ci-dessous) est dans la belle tradition des années 1930.

aurora_optima_365_fp-1-2

Une marque essentiellement tournée vers le luxe de collection.

Caran d’Ache *

varius-plume-ceramic-blanc-rh-b-jpg

La vénérable marque suisse Caran d’Ache (1924), réelle inventrice du porte mine « fix pencil » en 1931, présente une collection impeccable : le luxe des matières et la qualité de la réalisation sont d’un niveau magistral même si le style est parfois stylistiquement peu démonstratif.

Ce sont des instruments d’écriture un peu en retrait sur le plan de l’esthétique car le cœur de collection se fonde sur un aspect argenté augmenté de divers guillochages. Notez bien que cette apparence sobre repose sur un plaquage de platine à 12 microns, ce qui est un degré exceptionnel.

Le style évolue cependant de manière significative avec l’introduction de laques de couleurs polies manuellement, avec le RNX.316 PVD, qui s’inscrit dans la lignée des stylos « technologiques » à plume noire (revêtement PVD et un système de fermeture et de chargement innovants et une excellente plume acier). Le logo qui surmonte le capuchon a changé et les initiales de la marque laissent place à un écrou doté d’un point.

20854_top

L’Ecridor octogonal est une parfaite entrée en matière mais le plus beau modèle est sans doute la nouvelle version du Léman, le Grand Bleu, dont le corps bleu est guilloché et recouvert d’une laque transparente : il vient d’être élu stylo de l’année par la revue Le Stylographe. À la fois massif et translucide, sa glisse est phénoménale, à l’instar des merveilles de fluidité que sont le Madison et le Varius (très confortable même en extra-fine).

leman-grand-bleu_300dpi

La singularité de chaque modèle de plume et la générosité du débit en font des instruments de pur plaisir sur le plan de la scription.

La qualité technique de Caran d’Ache confine à une maniaquerie d’horloger : il faut une semaine à cinq personnes à temps plein pour réaliser un Léman bille. Les finitions dorées sont toujours en plaqué or. Les mécanismes de fermeture sont également d’une grande rigueur. Une maison d’une grande fiabilité.

Conklin

new_nozac_group3

Marque illustre (1898) qui inventa le crescent filler (le croissant était formé par le dos d’une pièce de monnaie qui appuyait sur le sac pour aspirer l’encre), Conklin cessa son activité en 1955 avant de renaître en 2000.

La marque appartient aujourd’hui au groupe Yafa et produit des instruments dans l’esprit vintage (flat top, celluloïd marbré) mais les plumes sont d’une qualité sans panache et l’on reste sur de l’entrée de gamme. De belles réussites visuelles cependant.

Cross

peerless-header

Entreprise pionnière de la technologie des instruments d’écriture (depuis 1846), Cross se concentre désormais sur le design plus que sur l’artisanat.

Dans une collection hétérogène voisinent des motifs Star Wars ou Spiderman avec le Peerless en plaqué or ou platine ou le Cherry Blossom en platine avec cristaux précieux. Des modèles classiques comme le Townsend ou l’ATX sont abordables.

cross-townsend

On regrette un capuchon dont le style est un peu lourd pour le Townsend ou encore le Peerless qui possède en revanche une glisse remarquable en plume fine avec une belle flexibilité. On apprécie l’excellente qualité technique pour l’ATX en porte-mine et l’esthétique du Radial Chrome, très léger.

Il existe aussi un Peerless «pacifiste» réalisé avec les résidus d’AK-47 retirés de la circulation…

Delta

dolcevitaoverminimain

Maison récente (1982), Delta se place dans l’esprit vintage du celluloïd des années trente avec des modèles souvent massifs et impressionnants.

Les modèles aux couleurs orangées sont particulièrement frappants. Le site de la marque semble cependant inactif.

Edison

le-ocean-bulb

La marque américaine Edison fondée en 2007 a développé des designs d’une grande originalité qui restent dans l’esprit des celluloïds colorés et des mécanismes traditionnels (pompe, remplissage pneumatique, etc.) avec des plumes acier ou or. Les couleurs et les formes sont très affirmées et ne manquent pas de panache. Une maison encore confidentielle mais aux propositions esthétiques très stimulantes.

Nous n’avons pu, cependant, tester leurs plumes.

Graf von Faber-Castell*

classic_pernambul_1600-1200

Le bois est aux fondements de la maison Graf von Faber-Castell qui a commencé son histoire en 1761 en innovant dans le domaine du crayon avant d’adapter cette dimension boisée aux stylos à plume. C’est une belle continuité, d’autant que leurs crayons restent d’une qualité et d’une distinction remarquables.

Le stylo de l’année propose des éditions limitées aux matériaux précieux et aux thématiques culturelles et historiques toujours magnifiques (comme vous pouvez le voir ci-dessous) :

poty-2014-1600x1200_150dpi

poty2012_00header

La rigueur rassurante et élégante de la collection Graf von Faber-Castell en fait une valeur sûre. Le bois et les belles résines accompagnent des plumes amples et précises qui ont tendance à être d’une écriture un peu large, privilégiant ainsi le confort.

L’extra-fine du modèle Classique est d’un débit généreux et confortable. A la fois massif et léger, masculin et raffiné, il constitue une pièce simultanément sobre et éminente. L’alliance de bois d’ébène et de platine constitue une belle synthèse stylistique moderne qui renouvelle l’alliance chromatique « noir et argent ». Le modèle Intuition, en bois de Pernambouc, est plus longiligne (chacun ses préférences en termes de main). Il existe évidemment différentes finitions de bois (snake wood, ébène, pernambouc…) pour chaque modèle. L’Anello (plaqué platine ; belle version en résine couleur crème) possède aussi une forte présence, sobrement originale.

graf-von-faber-castell-intuition-platino-fountain-pen

Les agrafes articulées sont aussi élégantes qu’efficaces et possèdent un vrai cachet propre à la marque. Le capuchon est aussi très singulier (et permet de poser le stylo sur la tête avec stabilité). Les accessoires de bureau sollicitent le cuir, le bois et le métal de manière magistrale.

Un artisanat de luxe élégant et raffiné qui réalise en bel équilibre entre la sobriété et un style pourtant très affirmé.

Lamy

41658

L’excellente marque allemande (1930) se caractérise par une esthétique « industrielle » privilégiant un aspect métallique.

Si le Safari est un peu lourd visuellement, il est souvent  le premier stylo d’initiation pour les jeunes. Il faut monter en gamme avec le Lamy 2000 (ci-dessus) ou Accent pour trouver une plume or. Le Lamy Studio (plume acier) est sobre et fiable. Une alliance d’efficacité et de modernité qui ne fait pas toujours dans la finesse mais avec de bonnes réussites en milieu de gamme.

Montblanc*

207549-ecom-osis-sq-04-png-adapt-450-450

On a parfois dit que Montblanc faisait avant tout des bijoux… qui écrivaient bien.

De fait, comme de nombreuses autres marques, Montblanc partage sa production entre des stylos servant de parures et de véritables instruments d’écriture. Certains modèles sont devenus des références et ont été beaucoup copiés, ce qui a pu les banaliser, mais ne boudons pas notre plaisir : un Meisterstück 149 avec sa plume or démesurée et son corps de cigare luisant reste, paradoxalement, d’une belle sobriété et d’une présence magistrale pour une glisse de la plume hors norme.

Chez Montblanc, le plaisir d’un usinage de qualité (réalisation manuelle, contrôle systématique de chaque pièce) s’allie à la variété des collections.

montblanc-shakespeare

montblanc-fountain-pen-writers-edition-1868-leo-tolstoy-size-m

La série des grands écrivains (voir ci dessus les modèles Shakespeare et Tolstoi) propose des pièces de collections fabuleuses aux designs très originaux. À côté de modèles classiques toujours élégants, les nouveautés tentent de se positionner stylistiquement dans l’innovation avec des réussites diverses (nous apprécions moins le caoutchouc technologique du Starwalker et ses variantes cuivrées ; les fleurs du Andy Wahrol…).

En revanche, les propositions au design épuré (le Marc Newson) ou vintage (le serpent rouge et noir ou corail) sont de belles nouveautés qui permettent un équilibre entre modernité, discrétion et affirmation esthétique.

8168972-12751462

montblanc-5Nous avons été séduits par le Marc Newson, léger, sobre, avec un capuchon aimanté et un bloc plume original (débit très agréable en plume fine). Le Serpent a aussi retenu notre attention : confort en plume médium, esthétique originale et historique à la fois, système de piston impeccable. La finesse du corps semble cependant réservée aux petites mains.

En plus d’un service « bespoke », permettant de tester et d’analyser l’écriture et de recommander une plume adaptée, on note un élan technologique dynamique avec l’Augmented Paper : un carnet dont le stylo Starwalker est doté d’un émetteur permettant d’écrire à la main et, par une application, de convertir l’écriture manuelle en fichier Pdf ou Word avec une vraie efficacité dans la reconnaissance graphique.

Une innovation qui pourrait bien réconcilier le stylo avec le digital…

Montegrappa**

d6b238c_5bc1e94hegminwayok

Si vous voulez quelque chose de stylistiquement exceptionnel, alors Montegrappa apporte une dimension de fantaisie et de puissance impressionnante.

Nos amis italiens sont capables de combinaisons baroques mais tout en conservant une dignité « classique ». Montegrappa propose ainsi des instruments d’écriture massifs, mais avec une sorte de légèreté stylistique qui relève de l’ironie et de la finesse. L’entreprise de Bassano del Grappa fondée en 1912, retournée dans le giron d’origine de la famille Aquila, poursuit sa propre identité. Les couleurs audacieuses et un design non moins énergique font de Montegrappa un phare stylistique aisément repérable.

sinatra-montegrappa

montegrappa-sophia-loren-pen-collection1

Il existe de nombreuses éditions limitées : le Frank Sinatra avec agrafe en forme de micro (voir ci-dessus), l’opulent Sophia Loren (aussi ci-dessus), le Chagall avec reproduction en laque d’un tableau de l’auteur, le sensuel Quincy Jones !). Montegrappa propose également un service « bespoke » permettant de choisir la matière et les gravures de son stylo. La conscience du style va jusqu’à proposer également une gamme de cravates et de boutons de manchette.

Nous avons testé le Extra 1930, stylo légendaire au corps en celluloïd, avec parements en argent et plume 18 carats. Sa pointe fine est précise, d’une fiabilité impeccable (démarrage au quart de tour dès la sortie de la boite) avec un débit parfaitement maîtrisé et une sensation d’accroche sur le papier qui est très agréable. Son système de remplissage (faux piston) est une mécanique irréprochable. La robustesse et la qualité des finitions est évidente (pas de vis du capuchon, agrafe, etc.) et malgré sa taille massive, c’est une merveille d’équilibre.

dsc_0252-800-extramarblegreen

Dans la couleur « écaille de tortue » (turtle-brown), avec une bande de grecques en argent (reproduite en bicolore sur la plume !), ce stylo propose un chatoiement visuel unique, entre le caramel et l’orangé, le vert et le doré. C’est un mélange de classicisme et de modernité, de fantaisie et de rigueur qui illustre au mieux le style maison.

Montegrappa est incontestablement l’une des stars de cette sélection par son audace et son inventivité.

Namiki

namiki-pens

Nous incluons pour mémoire la légendaire maison Namiki (1915) qui illustre l’art du maki-e, laque réalisée à partir de l’urushi, dont le processus est d’une finesse et d’une complexité remarquables. Ces stylos sortent de la catégorie des instruments d’écritures pour se ranger dans celle de l’artisanat d’art, le stylo devenant le support d’une œuvre virtuose exigeant jusqu’à des dizaines de couches de laque. Des pièces de collection plutôt que des stylos du quotidien.

Parker

parker_sonnet_fp_5mix

Marque historique et novatrice depuis 1892, Parker semble quelque peu se reposer sur ses lauriers.

Les entrées de gammes sont techniquement moyennes (Urban, IM). En revanche, les modèles historiques sont toujours présents. Le Sonnet (voir ci-dessus) est d’un classicisme exemplaire et se décline désormais en habillages très inventifs. Il s’agit d’une excellente entrée en matière avec plume or et des habillages variés.

On peut aller plus haut en gamme pour un plaisir d’écriture supérieur : le Parker Premier possède une glisse magistrale et un corps qui en impose. Le Duofold, plus fin que le modèle vintage, est d’une vraie élégance classique (surtout le modèle pinstripe, voir ci-dessous) et existe en plusieurs versions (classique et prestige).

parker-bf4be66543aaa99eeef51e63f087f669

On reste aujourd’hui à quelque distance de la variété et de l’invention d’une époque où Parker était porteur d’innovation stylistique mais la maison présente un fond classique tout à fait fiable.

Pelikan

pelikan_800_fountain_pen_11

Parmi les maisons historiques (1842), Pelikan affirme un style d’une rare stabilité : corps de couleur avec fine rayures, fenêtre pour rendre le niveau d’encre visible, plume magistrale, symbole du pélican.

Il y a des modèles totalement unis et d’autres plus colorés (turtle brown). On apprécie cette sobriété qui ne manque pas de chatoiement même si cela paraît un peu répétitif.

1426566190839

Ce qui fait la renommée de Pelikan, ce sont ses plumes : des merveilles de confort et de précision. Le M800 et le M1000 possèdent un corps avec une belle présence et la plume (un peu ferme) est une référence pour sa fluidité.

Pilot*

photo-2

Vénérable maison nippone (1918), Pilot propose toutes les gammes d’instruments d’écriture, du jetable au luxe avec le Justus ou le Silver en argent avec gravures.

capless-dores-jpg

Le Capless, sous ses multiples habillages, (voir ci-dessus) fait partie des icones contemporaines, à la fois parce qu’il est parmi les rares stylos plume rétractables et parce que sa plume or est d’une finesse difficile à égaler. Son agrafe inversée (près du bec) fait aussi partie des curiosités.

pilot_namiki_falcon_review_fountain_pen-8

D’esthétique sobre mais très travaillée, le Falcon (ci-dessus), avec une plume en bec de rapace, possède une finesse et une précision incroyables.

La grande tradition artisanale japonaise et sa sobriété esthétique se conjuguent avec une modernité équilibrée.

Platinum

platinum_president_blue-gold

Grand fabricant japonais (1919), Platinum partage avec Pilot-Namiki et Sailor une grande qualité de finesse pour ses plumes. Esthétiquement, on note une plus grande variété, avec des modèles comme le 3776 aux aspérités annelées, des modèles en cuir, en bois, en ébonite et en maki-e.

pioro_platinum_izumo_akatame1

L’izumo-tamenuri en laque faussement unie (ci dessus) est une merveille de profondeur. Nous n’avons pu tester les plumes.

Sheaffer

sheafferlegacylol13

Maison ancienne (1913) dont les inventions ont jalonné l’histoire du stylo (remplissage à levier, snorkel pen avec pompe aspirante, modèle Pen for Men…), Sheaffer a été racheté par Cross en 2014 et ne semble pas encore avoir défini sa nouvelle stratégie.

Repliée sur un modèle historique, le Legacy qui semble être le seul aujourd’hui à disposer d’une plume or, la marque possède un catalogue restreint.

preludep1090307

Le milieu de gamme reste cependant très satisfaisant (Prelude, Intensity, Sagaris) mais on est loin du dynamisme novateur inscrit dans l’histoire de Sheaffer. Ce qui fait le cachet de la marque, outre le point blanc qui caractérise ses agrafes, ce sont les magnifiques plumes carénées, serties dans le bloc plume.

Staedtler

bqabkcquykeu-ct_777_217_w

Connu surtout pour son entrée de gamme écolière, la maison historique Staedler (1835) possède également une impressionnante collection d’instruments d’écriture de luxe. Dans les matières précieuses, les hommages culturels (Wagner, Verdi, Louis XIV…) existent à côté des éditions limitées (le Bavaria multicolore, voir ci-dessus) ou les modèles éminents comme le Princeps (en noyer et métal).

staedtler-princeps-1

La ligne Initium propose des instruments plus accessibles mais qui possèdent un certain cachet (métal et cuir, bois…). Nous n’avons pu tester les plumes.

S.T. Dupont**

410699

Par son histoire, ST Dupont appartiendrait plutôt à une catégorie à la limite de la joaillerie. Spécialiste de maroquinerie et de bagagerie avant de devenir l’illustre expert du briquet, S.T. Dupont est une maison issue de l’artisanat traditionnel qui appartient désormais au monde du luxe et de la matière précieuse.

C’est une approche qui n’est pas antinomique avec la spécialisation en matière de plume, d’encre et de technologie d’écriture.

L’équilibre est réussi chez S.T. Dupont car plusieurs gammes coexistent. Les éditions limitées sont de purs objets de collectionneurs, par leur rareté programmée et par leur prix. Extrêmement surchargées, elles ne sont pas toujours du meilleur goût (couleurs d’équipes de football, Star Wars, etc.) et ne valent en réalité que par la performance joaillère et la préciosité des matériaux. Plus que des instruments d’écritures, ce sont de véritables conversation pieces extravagantes et intransportables.

visuel-pub-vitruve-july-okpoon

929a417704915683a4d88ef6d43413bd

Les amateurs de style classique préfèreront les collections les plus sobres. Nous avons notamment testé le Ligne D (voir en ouverture de ce chapitre) et le Défi (ci-dessous), c’est-à-dire deux versants du style masculin : le premier est traditionnel et opulent (laque noire et parements en or, plume or), le second se veut moderne et fuselé, et se présente en diverses matières (le Calandre, grillagé, et d’autres en laque, cuir, palladium, etc.). Ce sont des stylos équilibrés et agréables aux personnalités très différentes mais qui partagent la même qualité des enclenchements, la solidité (joints toriques pour séparer le bloc plume) et le raffinement des détails. La laque du Ligne D présente des reflets noirs d’une profondeur fabuleuse.

st-dupont-defi

Si la plume du Défi n’a pas de flexibilité (elle est en acier), elle possède une glisse et un débit remarquables et une allure profilée très moderne. Le Liberté (plume or) possède les qualités inverses : des variations dans la ligne d’écriture et un trait plus large avec une légère accroche sur la feuille dont on apprécie la sensation. La plume du Ligne D est sans doute entre les deux, bonne synthèse de sensations avec une ligne d’écriture plus fine (les trois ont été testées en plume médium). Notons que ces deux derniers possèdent un clic qui n’est pas sans rappeler celui du célèbre briquet de la même marque…

Nous ne recommandons pas le Liberté pour les hommes possédant de grandes mains : c’est un stylo trop féminin. En revanche, il faut absolument l’offrir à sa compagne.

Stipula

etruria-fiesole-01x650

Stipula, maison florentine fondée en 1973 semble faire aujourd’hui partie du groupe Yafa et sa communication comme sa distribution sont très aléatoires.

Ce sont des instruments d’écriture précieux, utilisant dans un esprit vintage des matières comme le celluloïd ou l’ébonite avec de beaux rendus visuels. L’agrafe maison (qui représente la paille de blé romaine que l’on cassait symboliquement pour signifier une promesse contractuelle) est un peu étrange et pas franchement réussie. En revanche, les couleurs sont variées et originales. Le modèle Etruria (voir ci-dessus) est l’un des plus réputés.

Sailor

sailor-f97facc25c01778a65a2d085a8f49a1e

Fondé en 1911, Sailor est une maison japonaise très prestigieuse qui propose une qualité d’écriture fabuleuse.

Les pièces en maki-e (laque urushi appliquée à la main) sont un sommet de l’art nippon. Ces stylos splendides atteignent des prix en rapport avec le caractère exceptionnel de ces bijoux exotiques. Les instruments en bois (ébène, cèdre, plaqueminier…) ne sont pas en reste.

classicpenslb513

Le King of Pens, noir et or ou argent, est le modèle le plus classique avec le 1911. Pour connaisseurs.

TWSBI

 

home-slider-slide-1

Nouveau venu taïwanais, TWSBI s’est fait une spécialité des stylos demonstrator, c’est-à-dire transparents et qui laissent voir le mécanisme interne.

C’est un style très contemporain et technologique. Leur vraie originalité est de proposer pour un prix modique des modèles à piston (qui, en plus, se démontent et sont livrés avec une clé et de l’huile d’entretien).

Ce ne sont pas des stylos luxueux (plumes aciers, matériaux plastiques) mais la bonne qualité des plumes, le bon service après-vente et l’originalité des modèles en font une alternative originale aux stylos plus classiques. Pour débuter dans le piston…

Wahl-Eversharp

915x350-06

La maison Wahl-Eversharp revendique l’invention du porte-mine en 1915 (Eversharp) et développe ses stylos plume qui rencontrent un succès remarquable.

La firme s’éteindra dans les années cinquante financièrement épuisée par la course au stylo bille qui agite les divers fabricants.

Après avoir disparu pendant une cinquantaine d’années, la marque est revenue à la vie et s’appuie sur des rééditions de ses célèbres emblèmes, le Skyline à bout arrondi et le Decoband, un flat top imposant en ébonite. Nous n’avons pu tester les plumes.

Visconti*

ab16fbf4-a0dc-45c7-a540-37d38962c1c3

Maison récente (1988), Visconti s’inscrit dans une lignée entre modernité et tradition comme le montre le demonstrator Watermark, (prix du design Le Stylographe 2016), avec son corps transparent et sa carapace filigranée en argent massif. Les stylos font volontiers référence au monde de l’art ou de l’architecture. Il existe de nombreuses éditions spéciales (Erotic Art, Jacques de Molay…), commémoratives (mariage princier de Monaco, déclaration d’Indépendance des USA…) pour collectionneurs qui sont parfois d’un goût discutable malgré la préciosité des matériaux (modèle mexicain, far-west, courses automobiles).

l061607107-1

En revanche la démesure de la marque se déploie avec bonheur dans les éditions regular : des matériaux originaux (pierre de lave de l’Etna, aluminium), des couleurs extrêmement maîtrisées (celluloïd ou résine avec un chatoiement unique) et des prouesses techniques  (corps en torsade, alignement du capuchon) en font une maison incontournable. La réalisation artisanale est très soignée et procure vraiment un agrément d’usage : l’agrafe arrondie en forme de pont est articulée et le capuchon aimanté est d’une fiabilité très agréable.

visconti-pininfarina-regular-fountain-pen-rollerball-review-11-1024x631

Les plumes haut de gamme sont exclusivement en palladium, métal qui partage des qualités de souplesse similaires à l’or.

Nous avons testé le Divina torsadé (voir ci-dessous) dont le corps luisant possède des reflets irisés infinis et dont la présence massive permet une bonne prise en main tout en restant d’une grande légèreté.

post-2022-1198987397

Quant aux sensations de la plume, elles sont exceptionnelles, avec une flexibilité qui permet de produire des pleins et des déliés. Les Van Gogh (section cannelée) et Rembrandt (section tubulaire) sont moins spectaculaires avec leur plume acier mais possèdent un trait généreux et fluide. Ils se déclinent en diverses versions dont la palette fait référence aux tableaux de leur peintre tutélaire. Le porte-mine à mouvement rotatif est très fiable et, à l’instar du roller, existe dans ces diverses versions.

On note en plus une belle collection de boutons de manchette et de petite maroquinerie.

Waterman

waterman-edson-blue-gold-plated-fountain-pen-m-nib-11001w3-s0102070-1

Waterman est une valeur sûre, classique, durable.

L’Américain Lewis Edson Waterman inventa le stylo plume à réservoir (1883), puis le système safety à plume rétractable, puis le système d’alimentation par levier (1913). Depuis, la marque a produit des stylos de légende (le Patrician, le 100 Years Pen, le Man 100 puis le Carène).

A l’époque où Waterman était une entreprise française (la marque fait désormais partie du groupe Newell Rubbermaid), le président Mitterrand ne laissait pas repartir ses visiteurs étrangers sans un exemplaire du Man 100 doté d’un chêne et d’un olivier sur le capuchon. Le Sérénité (1999) est sans doute la dernière grande réussite de Waterman avec leur étendard actuel, l’imposant Edson au bleu profond (voir en ouverture de ce chapitre).

Waterman a conquis de larges parts de marché avec des stylos d’entrée de gamme tout en continuant de proposer une abondance de références en milieu de gamme qui sont des modèles de sobriété et de raffinement.

fpn_1382942851__dsc_0648

Nous avons apprécié le Carène (dont vous pouvez voir la gamme ci-dessus), doté d’une plume or au débit généreux, magnifiquement sertie dans le bloc-plume, qui est un stylo équilibré à l’usinage impeccable et dont la sobriété possède une touche d’originalité subtile. On peut reprocher un certain manque d’inventivité et de renouvellement à la collection mais les habillages variés du Carène, ainsi que des modèles comme l’Exception au corps carré et le fort classique Charleston constituent des options fiables, sérieuses et élégantes. 

Yard-o-Led

14679369518_7aa6069ff9_b

Depuis 1822, la firme britannique fabrique ses instruments d’écriture à Birmingham. Il est difficile de trouver un style maison plus affirmé : corps en argent et formes effilées sont les bases stables d’une collection à la réalisation totalement irréprochable. Le design affuté et harmonieux est unique.

Nous n’avons pu tester les plumes mais cela ne tardera pas : la marque sera vraisemblablement distribuée en France courant 2017.