Ma première paire de souliers en bespoke chez Mario Bemer

Hugo JACOMET

Ma première paire de souliers en bespoke chez Mario Bemer

Gentlemen,

contrairement à ce que beaucoup de personnes doivent penser – et surtout contrairement à bon nombre de mes collègues blogueurs, célèbres ou moins connus – je ne possède à ce jour qu’une garde-robe en bespoke relativement “modeste” (une vingtaine de costumes, vestes sport et manteaux en grande mesure ce qui peut sembler considérable, mais qui est très peu par rapport à d’autres blogueurs qui se font offrir un nombre incalculable de vêtements et de souliers) et surtout je ne possédais, jusqu’à la semaine dernière, aucune paire de souliers en “vrai” bespoke.

En effet, cela n’a jamais été le style de la maison PG de systématiquement échanger ses bonnes grâces contre des produits, surtout quand ces derniers demandent plus de 60 heures de travail à la main. Que voulez-vous, je suis petit-fils de bottier et je sais, depuis mon plus jeune âge, le travail incroyable que représente une paire de souliers sur-mesure réalisée dans les règles de l’art depuis la forme jusqu’au soulier définitif… En outre j’ai la chance d’avoir des pieds relativement “normaux” et qui s’acclimatent assez facilement au prêt-à-chausser de chez Pierre Corthay (dont je possède, à ce jour, sept paires, dont trois achetées en tant que client anonyme avant de créer PG et quatre qui m’ont été offertes car elles présentaient un petit défaut les rendant impropres à la vente en boutique).

L’année dernière j’ai cependant finalement “craqué” et accepté, sur proposition des maisons, de mettre en route deux projets en bespoke : l’un chez Aubercy à Paris (avec le talentueux bottier japonais Yasuhiro Shiota, transfuge de chez Corthay) et l’autre chez Mario Bemer à Florence (avec un autre bottier japonais Seiji Miyagawa). Le premier projet chez Aubercy a finalement avorté après deux essayages, tandis que le second a enfin vu le jour la semaine dernière (après deux chaussons d’essayages et plus d’un an de délai dû à ma présence plus que sporadique à Florence) chez Mario Bemer.

Et je dois avouer que le résultat dépasse toutes mes espérances, avec une paire de souliers classique qui est instantanément devenue, et de loin, ma paire favorite dans ma collection personnelle qui en compte une petite quinzaine (dont deux paire “Su Misura” – sur forme modifiée – de chez St Crispin’s et de chez Paolo Scafora).

Mario Bemer Bespoke 2

Mario Bemer Bespoke semelle et frappe initiales

Mario Bemer Bespoke Semelle

Il s’agit d’un Richelieu à bout droit d’une pureté absolue, sans aucune perforation sauf un magnifique médaillon (l’emblème de la ville de Florence) sur le bout et une lisse ronde interne. Le cuir – italien – est d’une souplesse incroyable et la patine de couleur bordeaux est discrète et élégante. J’ai demandé à Seiji, pour ce soulier, de travailler sur une forme sobre mais avec un bout assez plongeant (chisel).

J’ai porté cette paire pour la première fois pendant une soirée au Pitti Uomo (durant laquelle j’ai d’ailleurs joué de la batterie chez Liverano & Liverano) puis pendant toute la journée du lendemain sans aucun problème ni de points de pression ni de frottements.

Mario Bemer Bespoke 3

Mario Bemer Bespoke 4

Proposé à un tarif de 3000 euros (plus 400 euros pour votre forme personnelle lors de la première commande), le bespoke de Mario Bemer est sans aucun doute l’un des plus abordables au monde (pour du vrai bespoke réalisé dans les règles de l’art et pas du sur-mesure sur forme existante modifiée).

Un magnifique travail et une maison que, chez PG, nous adorons tant pour la qualité des produits proposés (en bespoke mais aussi en prêt-à-chausser) que pour la gentillesse et les qualités humaines de Mario Bemer et de son équipe.

Incontournable si vous passez par Florence.

Mario Bemer Bespoke Box

— — —

Mario Bemer, Via Maggio, 68, 50125 Firenze, Italie

Website : Mario Bemer

Merci à Hannes Rebas (The World of Shoes) pour les photos en extérieur.

Voir aussi :

Quoi de neuf chez les bottiers ?