Un essai sur le Bespoke par Bernhard Roetzel

Bernhard ROETZEL

Un essai sur le Bespoke par Bernhard Roetzel

Aujourd’hui nous avons la joie de publier la première contribution sur Parisian Gentleman de notre ami Bernhard Roetzel, l’auteur très respecté de différents livres sur l’élégance masculine classique dont le célèbre “Gentleman, l’Éternel Masculin”, publié initialement en langue allemande en 1999 et traduit, depuis, en 19 langues. Avec Alan Flusser, Bernhard Roetzel est considéré, à juste titre, comme l’un des pionniers de la renaissance du style masculin classique. C’est donc avec un plaisir non dissimulé que nous publions ce jour le premier article de Bernhard écrit pour PG et intitulé “Un essai sur le Bespoke”.

________

Les gentlemen qui me connaissent savent très bien l’amour que je porte à l’art tailleur et à la grande mesure (bespoke) en particulier. J’écris sur le monde des tailleurs et des chemisiers en bespoke depuis exactement 20 ans, date à laquelle j’ai commencé l’écriture de mon livre “Gentleman” et depuis cette date (1997) je n’ai jamais cessé de défendre et de promouvoir cet artisanat précieux.

Pourtant malgré mon amour immodéré pour la grande mesure et malgré l’immense respect que je porte à ces artisans, je ressens aujourd’hui le besoin d’aller un cran plus loin et de vous mettre en garde, en toute transparence, à propos de certains écueils que vous allez potentiellement rencontrer dans le monde magique mais également complexe du bespoke tailoring.

Donc je vous prie de bien vouloir me pardonner si, pour une fois, je vais aborder une facette moins agréable, mais tout aussi essentielle, de “l’expérience bespoke” : les problèmes que vous pourrez (que vous allez) rencontrer lors de vos relations avec les maîtres-tailleurs et ce, peu importe leur réputation ou leur expérience.

La chose la plus choquante (et vexante) chez certains tailleurs (ou chemisiers en grande mesure) c’est leur amour déraisonnable pour… eux-mêmes et le fait qu’ils croient, dur comme fer, être supérieurs à tous leurs confrères dans le domaine.

Imaginez que vous entrez dans un salon bespoke pour la première fois, vêtu d’un costume en grande mesure que vous adorez (et qui a été fabriqué par un autre tailleur). Après vous avoir à peine laissé le temps d’entrer dans l’atelier, certains tailleurs n’hésiteront pas à faire immédiatement un commentaire désagréable sur votre costume (sans y avoir été invité), alors que d’autres jetteront un regard entendu sur votre veste en vous faisant comprendre qu’ils ne sont pas impressionnés… D’autres encore commenceront à vous parler de bespoke comme si vous étiez débutant dans le domaine, en omettant évidemment le fait que vous portez précisément un costume bespoke au moment où ils vous parlent (peut-être pensent-ils même que vous avez acheté ce costume en seconde main sur Ebay ou que vous étiez drogué pendant les essayages). Quel que soit le scénario, il est toujours extrêmement désagréable d’être traité comme un ignorant, surtout lorsque vous portez votre costume bespoke préféré.

Et puis il y a les tailleurs qui feront mine d’ignorer votre costume jusqu’au moment où vous leur demanderez leur avis. Je me suis retrouvé dans cette situation précise il y a quelques semaines à peine alors que je portais un blazer que je considère comme l’un des plus réussis de ma garde-robe. Cela n’a pas empêché ce tailleur de me dire, sans ambages, qu’il avait rarement vu dans sa carrière un blazer aussi pauvrement réalisé, que ce soit en Angleterre ou en Italie! “Vous pouvez le porter, mais il n’est pas élégant”, me dit-il…

Je préfère les tailleurs polis et qui sont capables d’apprécier le travail de leurs confrères.

Lorsque je suis entré chez Tobias Tailors sur Savile Row en 1998, je portais un costume en prêt-à-porter de chez Chester Barrie. John Coggin (l’un des deux propriétaires de Tobias Tailors) me dit “Vous portez un très joli costume Monsieur. Mais nous pourrions également vous fabriquer quelque chose qui vous plaise”. J’ai passé commande de mon premier costume chez eux une heure et demie plus tard alors que j’étais entré dans la boutique sans aucune intention de le faire.

Il y a quelques semaines, j’ai rencontré un collègue Italien qui a beaucoup de succès sur Instagram. En regardant son costume trois-pièces, je lui ai demandé s’il portait des bretelles sous son gilet. Il me répondit qu’il en portait effectivement mais qu’il ne voulait pas trop les montrer car il s’agissait de bretelles à “pinces”, son tailleur ayant oublié de coudre les boutons pour bretelles dans son pantalon lorsqu’il lui expédia son costume. Je lui répondis : “C’est la raison pour laquelle vous et moi adorons le bespoke !!” et nous nous mîmes à rire.

Bien sûr, il sera toujours possible d’ajouter les boutons manquants, mais si vous recevez votre costume par la Poste et que vous n’êtes pas en mesure de l’utiliser comme vous l’aviez prévu (pour une occasion spéciale par exemple), votre expérience gardera toujours un goût amer…

Aussi, je vous conseille ardemment d’aller prendre livraison vous-même de vos costumes à chaque fois que cela est possible, même si cela implique un délai supplémentaire. En effet, durant toutes ces années, j’ai pu observer que les erreurs les plus nombreuses se produisaient lorsque les vêtements étaient expédiés par des tailleurs habitant loin de chez vous. Les erreurs les plus communes sont la longueur des manches (même si, étrangement, la longueur était parfaite pendant le deuxième essayage), la longueur du pantalon, les boutonnières qui ne fonctionnent pas, une fermeture éclair à la place d’une braguette boutonnée ou vice versa, l’horrible “collar gap” (un espace entre le col arrière de votre chemise et le col de votre veste), l’absence de boucle à l’intérieur de votre revers pour mettre une fleur à votre boutonnière, une boutonnière manquante (ou en trop) sur le revers droit de votre costume croisé etc.

Des choses bien plus graves peuvent aussi arriver. Un de mes amis a récemment reçu une veste de la part de son tailleur à Naples avec des manches qui ressemblaient à des manches de manteau ! Evidemment il renvoya la veste et les manches furent changées sans que quiconque soit en mesure d’expliquer d’où venait cette erreur grossière. Il est à noter que ce problème lui arriva alors que les trois vestes précédentes chez ce même tailleur étaient toutes impeccables.

Un tailleur que je connais bien à Vienne a pour habitude de prendre en compte ces erreurs potentielles et de ne livrer que des vestes dont les boutonnières n’ont pas encore été ouvertes. Il demande à ses clients de porter la veste pendant quelques semaines, afin de vérifier s’ils sont satisfaits de la longueur des manches, avant d’ouvrir finalement les boutonnières. Je pense que cette façon de faire est intelligente et évite beaucoup de problèmes.

Les longues listes d’attente sont monnaie courante chez les tailleurs célèbres, mais aussi dans certains ateliers de taille et de réputation plus modestes. Cependant si vous étiez prévenu clairement à l’avance qu’il vous faudrait attendre au moins six mois pour un premier essayage, peut-être que vous hésiteriez à passer commande chez ce tailleur. Le moins que l’on puisse dire c’est que certains tailleurs ne sont pas totalement honnêtes quant à leurs délais lorsque qu’il prenne votre commande. C’est très ennuyeux, surtout que la grande majorité d’entre eux exige un acompte conséquent (quand il ne s’agit pas de la somme totale) à la commande. Cela est même pire lorsque les délais s’allongent encore entre le premier et le deuxième essayage.

L’un de mes amis a récemment passé commande d’un costume formel (a dinner suit, ndt) pour une occasion spéciale en prenant grand soin de passer sa commande très en avance afin de ne pas être stressé par les délais. Quelques semaines avant l’événement (important), son tailleur lui indiqua que sa veste était effectivement prête mais pas son pantalon. Ce dernier était en effet resté en souffrance dans l’atelier du pantalonnier qui était lui-même parti en voyage pour un mariage en Afrique du Sud! Imaginez le stress de mon ami qui n’avait alors aucune idée s’il recevrait son ensemble Black Tie à temps ou pas…

A titre personnel, j’ai souffert de ce problème – récurrent – de délais à rallonge avec l’un de mes blazers. Le tailleur est tombé malade (cela arrive), mais son assistante aussi. Et comme elle a du être hospitalisée pour un problème sérieux, le colis contenant mon blazer est resté “coincé” dans son appartement pendant plusieurs semaines. Quand je l’ai finalement récupéré, il était extrêmement froissé et en mauvais état. J’ai donc du me résoudre à faire appel à un autre tailleur pour le repasser et évidemment, ce dernier s’est empressé de me dire que cette veste était de très mauvaise qualité et qu’elle m’avait été vendue trop cher. Parfois les tailleurs jouent avec vos nerfs !

Certains tailleurs s’habillent très mal, alors qu’ils fabriquent d’extraordinaires vêtements en grande mesure pour leurs clients. A l’inverse, d’autres tailleurs très bien habillés peuvent s’avérer être de mauvais professionnels. Donc ne vous fiez pas (trop) aux apparences.

Je me souviens d’un jeune tailleur Italien très élégant qui portait les costumes les plus beaux qu’il m’ait été donné d’admirer. En fait, j’étais tellement impressionné par ses costumes personnels que la possibilité qu’il puisse faire moins bien pour moi ne m’était jamais venue à l’esprit. Il était un excellent vendeur, très avenant et agréable. Il m’envoya au début quelques photos très prometteuses de l’une de mes vestes en cours de confection, avant le premier essayage. La veste était vraiment superbe sur les photos, mais quand je l’ai vue “en vrai”, j’ai été très choqué parce qu’elle me sembla immédiatement beaucoup trop petite pour moi. Il s’est avéré que la veste était facilement deux tailles en dessous de ma taille normale (si toutefois les “tailles” existent en bespoke). Le premier essayage fut calamiteux, alors que je n’avais pas pris un gramme entre la prise de mesure et l’essayage. Le jeune tailleur fit alors de gros efforts et me mesura à nouveau afin de corriger les erreurs pour l’essayage suivant. Mais la magie n’était plus là… A la fin, le gilet était horrible et le pantalon trop court de 15 cm sans aucune possibilité de l’allonger (il n’avait pas laissé assez de tissu pour cela, ce qui est inimaginable en grande mesure). Cet échec était inexplicable car, par ailleurs, ce tailleur m’indiqua que tous ses clients étaient toujours très satisfaits de son travail, ce qui était sans doute vrai. Mais il arrive, chez tous les tailleurs, qu’un client ne le soit pas. Et chez ce tailleur, j’étais ce client.

La plupart des bons tailleurs admettent cependant volontiers qu’ils ne sont pas infaillibles et que des erreurs peuvent se produire. C’est surtout le cas parmi les tailleurs d’un certain âge qui n’hésitent pas, souvent avec une pointe d’humour, à vous raconter comment ils se sont trompés sur une silhouette ou comment ils ont raté un costume.

Cela étant dit, les erreurs ne viennent pas toujours des tailleurs. Donc changeons un instant de point de vue et prenons celui du tailleur pour expliquer certains problèmes.

Dans le monde du bespoke, la clé du succès est la communication. Et il se trouve que les meilleurs tailleurs sont toujours ceux qui savent d’abord vous écouter. Mais comment faire quand vous ne parlez pas la même langue ? Comment se faire comprendre d’un tailleur italien qui ne maîtrise pas du tout l’anglais ? Quand vous passez commande d’un costume, il est en effet vital de pouvoir décrire précisément à votre tailleur ce que vous souhaitez, à moins que ne vous veniez chercher la “coupe maison”, c’est à dire la silhouette “signature” que ce tailleur réalise pour quasiment tous ses clients.

Il existe, à mon avis, un vrai malentendu à ce sujet : le bespoke ne consiste pas toujours a créer un vêtement unique. De nombreux clients sont également avides de commander un costume possédant le style particulier de certaines grandes maisons de bespoke. Par exemple la grande maison Cifonelli à Paris produit des silhouettes très spécifiques respectant presque toujours le “style maison”. Si vous n’aimez pas ce style, inutile de perdre votre temps. La même chose est vraie pour H. Huntsman, Anderson & Sheppard (à Londres) ou A. Caraceni (à Milan).

En réalité, seuls quelques rares tailleurs sont prêts à se conformer exactement à vos souhaits et à produire un vêtement selon vos indications précises en termes de coupe et de silhouette. Dans ce cas, il est impératif pour le client et le tailleur de se comprendre parfaitement.

L’un des autres problèmes majeurs de la grande mesure concerne la prise ou la perte de poids (ou de muscles) entre la prise de mesure et les essayages. Les maisons de couture avec de longues listes d’attente rencontrent assez souvent le problème d’un client qui, lors des essayages, n’a plus les mêmes mensurations que lors de la prise de mesure. La célèbre chaise avec un pèse-personne intégré chez Henry Poole à Londres n’a pas été installée dans le salon d’essayage par hasard… Les plaintes d’un client peuvent ainsi être assez vite maîtrisées en jetant un coup d’oeil rapide à son poids lors de l’essayage (noté sur sa fiche).

Le plus vous êtes conscient des écueils potentiels, le plus vous deviendrez réaliste quant à ce que vous pouvez attendre de la grande mesure. Bien sûr, les tailleurs ne sont pas des devins, ni des chirurgiens plastiques et encore moins des magiciens. Ce sont des spécialistes dans l’art, difficile, de vous rendre le plus élégant possible. Mais retenez bien ceci : aucun tailleur, même parmi les plus grands, ne pourra jamais transformer un homme de taille modeste en une tour de contrôle et encore moins un homme souffrant d’embonpoint en un athlète svelte.

Il est donc important de bien prendre en compte toutes ces inconnues dans l’équation complexe de la grande mesure afin de profiter pleinement de l’expérience et de ce que vous êtes en droit d’en attendre.  Un costume en grande mesure ne vous ira donc jamais comme un gant (car seul un gant pourra vous aller comme… un gant) et il n’existe pas de coupe absolument parfaite sur cette terre.

En revanche, vous pourrez chez les bons tailleurs en grande mesure, avoir accès à des vêtements splendides, réalisés avec des tissus de grande qualité, cousus intégralement à la main et qui vous mettrons en valeur comme aucun vêtement ne l’a jamais fait. Et surtout vous ressentirez une jouissance intérieure intense de porter un costume ayant été réalisé uniquement pour vous et pour personne d’autre. Un costume qui vous donnera le sourire à chaque fois que vous l’enfilerez et que vous vous regarderez dans le miroir de votre dressing.