De l’anatomie de l’élégance

Hugo JACOMET

De l’anatomie de l’élégance

Gentlemen,

alors que nous travaillons avec Sonya, depuis les USA, aux prochains épisodes de nos Discussions Sartoriales (Sartorial Talks pour la chaine en langue anglaise), je ne résiste pas à l’envie de partager avec vous un (très) court extrait d’une (très) longue réflexion que je suis en train de mener sur l’anatomie de l’élégance pour les besoins d’un important projet éditorial (dont nous vous dévoilerons les contours d’ici quelques mois).

L’élégance ne réside définitivement pas, selon moi, dans la violence visuelle de l’ostentation, ni dans la vivacité des couleurs ni même dans la richesse des matières. En un mot elle ne réside pas dans l’accumulation, la superposition, l’empilement ou les excès d’assemblage. Elle semble plutôt résider dans la composition harmonieuse.

L’élégance, celle que nous essayons depuis maintenant presque 10 ans de définir et d’étudier dans ces colonnes, n’est donc pas affaire d’opulence mais d’harmonie. Elle est affaire de proportions, de limites mais aussi d’équilibre entre idéalisme et volupté.

C’est une chose à laquelle la mode, celle des créateurs et des défilés, échoue totalement par un excès qui, à dessein, fait échapper les passions au contrôle de la raison.

C’est une chose à laquelle, à l’inverse, semble parvenir la démarche sartoriale par la recherche de l’alliance du naturel et de la perfection.

A méditer et, surtout, à suivre…

Cheers, Hugo