Rubini Paris, le sur-mesure contemporain

Dr John SLAMSON

Rubini Paris, le sur-mesure contemporain

Dans les représentations masculines d’aujourd’hui, les emblèmes d’élégance semblent irrémédiablement appartenir au passé. C’est comme si l’on se cherchait des modèles que notre époque aurait du mal à produire. La méfiance envers les icones préfabriquées et autres mannequins artificiels nous rend fréquemment nostalgiques de l’élégance rayonnante des Fred Astaire, Cary Grant ou Gary Cooper. Mais on néglige parfois leur version européenne, dotée d’une insouciance naturelle à la nonchalance légèrement froissée.

C’est celle qu’incarne Marcello Rubini, le personnage joué par Marcello Mastroianni dans La Dolce Vita de Fellini (1960).

C’est assurément un symbole à même d’incarner une élégance italienne dont la spontanéité relève du caractère et non de l’artifice. La vera sprezzatura, si l’on veut.

Marcello Rubini en tant que symbole d’une conception de l’élégance masculine incarne une finesse sans ostentation, une décontraction raffinée qui doit beaucoup à un certain art de vivre. Il fallait donc que la marque Rubini soit à la hauteur de cette ambition…

Le salon Rubini, assurément, assume cet esprit d’élégance et de distinction. Non loin de la place Vendôme, on est accueilli dans un petit salon où l’on compulse les liasses de tissus avec un café. Pour la prise de mesure, on passe dans la pièce suivante, avec large miroir, grand canapé, cravates et pochettes. Ce n’est pas luxueux : juste de bon goût.

Pour une fois, n’en déplaise aux messieurs habitués aux confessions sartoriales entre bonhommes, ce sont deux jeunes femmes qui sont maîtresses des lieux. Carole et Margaux, formées auprès d’André Guillerme-Guilson à l’Association Formation Tailleur, ont créé leur marque de costumes sur-mesure en 2017.

Dans l’océan de propositions de sur-mesure accessible aujourd’hui (notamment à Paris)—qui vont de la cabine en 3D à la prise de mesure en ligne — il est rassurant de se retrouver accueilli dans un cadre humain, intime, fidèle à la conception qu’on peut se faire de la visite chez un tailleur.

L’intérêt de la demi-mesure réside essentiellement dans la possibilité de choisir les détails, notamment de la construction du veston. De fait, Rubini possède ce qu’il faut pour faire plaisir aux connaisseurs. Le sur-mesure proposé se décline selon une gamme de constructions très étendue : veste doublée, non doublée, souple déstructurée ; épaule chemise ou cigarette ; revers de plusieurs tailles, etc.

L’autre raison de quitter le monde du prêt-à-porter pour le sur-mesure, c’est évidemment le choix du tissu. Rubini propose une très belle gamme provenant des meilleurs drapiers (Loro Piana, Holland & Sherry, Ferla, Hardy Minnis…) qui couvre à peu près tout, depuis le velours jusqu’au mélange lin-laine-soie, en passant par le tweed, l’alpaga, le fresco ou le bambou.

J’ai personnellement choisi de tester le revers large (soyons fous) et le baby alpaga (soyons soyeux).

Les choix de finition sont nombreux, ce qui donne véritablement l’occasion de construire soi-même son vêtement. Le résultat : le confort d’une matière caressante, une construction souple (non doublé, padding léger), une coupe propre et nette. J’ai choisi des revers larges (10 cm) mais ils sont équilibrés. Les détails de constructions sont abondants et intéressants (martingale intérieure au niveau de la jupe du veston ; entoilage complet ; boutonnières ouvertes et milanaise, etc.). Les détails « cosmétiques » ne manquent pas et prouvent une recherche de qualité (boutons en corne, tissus décoratifs pour les poches intérieures, broderies).

Contrairement à certaines marques dont la prise de mesures nécessite un détour supplémentaire par la retoucherie, quand ce n’est pas un retour à l’usine pour réfection complète (si, si, cela arrive), la livraison fut précise. Si l’on peut trouver à redire sur un centimètre ici ou là, c’est le jeu pour un premier costume et l’imperfection est toujours tolérable quand elle est imperceptible.

Le pantalon, dépareillé, en flanelle gris clair « natural stretch » de Vitale Barberis Canonico , est agréablement coupé et bénéficie également des options sartoriales nécessaires (ajusteurs latéraux, poche arrière joliment dessinée, pinces, etc.). La ceinture paraît par ailleurs bien réalisée. On oublie facilement le plaisir d’un pantalon auquel on ne pense pas parce qu’il est justement parfaitement adapté. C’est le cas ici : de l’aisance mais sans excès flottant. Les finitions sont fiables, précises et affichent la qualité.

Les chemises sur mesure (tissu Thomas Mason, entre autres) sont magnifiques et à prix bien placé (avec des options comme le montage main intégral, plus couteux). Elles comportent de nombreux raffinements, depuis l’emmanchure décalée jusqu’au bouton de la patte capucin caché.

Les cravates (réalisées en Lombardie) sont parfaitement dans l’esprit contemporain. Le sur-mesure est poussé loin puisque l’on peut aussi choisir la construction et la largeur des cravates.

Une belle adresse pour découvrir des tissus superbes et profiter d’une offre stylistique maîtrisée dotée de quantité de possibilités pour jouer sur les constructions.

La sprezzatura avec une nuance de chic parisien en somme.

— — —

Courriel : rubiniparis@gmail.com

(Belle) adresse : 4 rue de la Paix, 75002 Paris

Sur rendez-vous

Tél. 06 38 33 66 44 ou 06 38 33 66 22