Le portefeuille
ultra-fin par OHBA
en édition limitée pour PG

Hugo JACOMET

Le portefeuille ultra-fin par OHBA Tokyo en édition limitée pour PG

Gentlemen,

Après un année et demie d’éditions limitées Parisian Gentleman (vous ayant permis d’avoir accès à des produits achetés directement auprès d’ateliers), nous avons décidé de changer d’ère, de mettre cette activité temporairement au ralenti et de ne vous proposer que de temps en temps des produits que nous trouvons particulièrement spectaculaires et surtout difficiles (et pour certains impossibles) à trouver dans le commerce.

C’est la cas de ce portefeuille ultra fin en cuir de veau d’une qualité exceptionnelle que nous avons la chance de vous proposer d’acheter directement depuis la maison OHBA au Japon, une maison confidentielle mais en tout point extra-ordinaire.

EDIT Lundi 13 Mai : il ne reste plus que 3 exemplaires du portefeuille avec le liseré bleu.

__ __ __

Si je vous dis « artisanat japonais », je suis sûr que certaines images vous viennent immédiatement en tête, comme celle d’un « Shinken » (un sabre katana tranchant utilisé par les samouraïs) ou, plus proche de nous, celle d’un sublime soulier japonais aux formes aiguisées et aux finitions surnaturelles.

Pour ceux d’entre vous qui se sont déjà intéressé à l’artisanat japonais, vous savez sans doute que l’une des particularités des artisans nippons (et ce, quel que soit leur « art ») est un respect absolu des traditions qui confine parfois d’ailleurs (et même souvent) à l’obsession. Au Japon tous les secteurs de la vie, et en particulier l’artisanat, sont codifiés à l’extrême avec une poursuite permanente de la perfection dans les gestes (comme dans celle, par exemple, de la cérémonie du thé qui est d’une grande complexité).

Au pays du soleil levant le mot « compromis » n’existe pas dans l’esprit des artisans : il suffit de visiter un atelier (de bottier, de maroquinerie, de cravates) et de voir les produits « rejetés » qui n’ont pas passé avec succès l’étape du contrôle qualité pour s’en persuader. Et même si cette mentalité peut nous sembler, à nous occidentaux, parfois friser la folie, on ne peut pas contester la ferveur que les artisans japonais mettent dans tout ce qu’ils entreprennent.

Les fondateurs d’OHBA représentent la quintessence de cette vénération des traditions, de cette quête perpétuelle du geste parfait et de l’excellence dans la fabrication de leurs produits en cuir. D’ailleurs, la salle où les produits « rejetés » d’OHBA sont stockés n’est jamais vide et je dois confesser avoir eu le fantasme d’avoir le droit d’y pénétrer et d’y rester quelques heures afin de m’approprier quelques-uns de ces objets interdits à la vente à cause d’un défaut que même un oeil expérimenté comme le mien, n’est la plupart du temps absolument pas capable de déceler…

OHBA

À une époque où de nombreuses entreprises se cherchent (et parfois s’inventent) de bonnes histoires d’héritage artisanal pour séduire un public d’esthètes en quête de sens, la maison OHBA fait figure d’exception : la famille éponyme est ainsi particulièrement discrète et ne promeut quasiment pas les nombreuses distinctions prestigieuses qu’elle a pourtant reçues depuis sa création il y a plus de 80 ans.

Mikio Ohba a fondé la marque de maroquinerie OBHA en 1935. Mais la famille travaille dans le domaine du cuir depuis plus de quatre siècles, avec des ancêtres qui fabriquaient pour les « Daimyo » (les gouverneurs des provinces) et pour leurs proches, des selles de cuir, des sacs de selle et, évidemment, des éléments en cuir pour les armures.

Inutile d’insister sur le fait que Mikio Ohba s’est donné pour mission de préserver les traditions et les techniques ancestrales de son illustre famille.

La devise de la maison est simple et se retrouve dans chaque pièce produite par OHBA : le meilleur du savoir-faire traditionnel, les meilleurs matériaux et des designs simples, épurés et élégants.

Du pur artisanat japonais en somme.

Petite histoire d’une grande réussite

OHBA jouit au Japon d’une grande renommée grâce à son produit phare : le « Randoseru », le célèbre sac à dos des écoliers, collégiens et lycéens japonais. Les Randoseru de chez OHBA sont réputés pour leur qualité de fabrication extrême ainsi pour leur durabilité moyenne qui dépasse allègrement la décennie (même avec une utilisation intensive comme dans le cas de jeunes élèves).

La maîtrise exceptionnelle de la famille OHBA dans le domaine du Randoseru a rapidement attiré l’attention de la famille impériale qui en a fait le fournisseur exclusif de la célèbre école impériale Gakushuin. D’autres écoles, parmi les plus prestigieuses au Japon, ont également fait d’OHBA leur fournisseur exclusif de Randoseru pour leurs élèves comme Waseda et Keio.

OHBA devint ainsi rapidement le fournisseur de la famille impériale, fabriquant de multiples autres objets de cuir comme, par exemple, la célèbre mallette pour transporter les médicaments de l’empereur.

Plus tard OHBA a commencé à diversifier sa production avec des porte-documents, des sacs à main et de la petite maroquinerie (comme des portefeuilles), tous fabriqués avec un souci extrême du détail et l’utilisation de matières premières de la plus haute qualité.

Aujourd’hui, les fils de Mikio, Hiro et Kozo Obha, dirigent cette discrète maison d’exception en préservant sans compromis les principes énoncés (et appliqués) par leur père durant toute sa vie.

ÉDITION SPÉCIALE : LE PORTEFEUILLE ULTRA FIN EN CUIR DE VEAU

Le produit 1149-BC est le portefeuille le plus mince et le plus long produit par OHBA.

Ce portefeuille d’une grande finesse a, en effet, été conçu pour être porté dans la poche intérieure de vêtements élégants, comme une veste en grande mesure par exemple, sans compromettre visuellement l’intégrité du vêtement et sa ligne impeccable : une condition sine qua non pour les amateurs de vestes bien coupées et parfaitement ajustées comme votre serviteur qui, jusqu’alors, ne portait aucun portefeuille dans sa poche intérieure, pas même un porte-carte, si petit soit-il.

Quel soulagement de pouvoir enfin jouir de la présence (éminemment pratique) d’un vrai portefeuille dans ma poche intérieure sans compromettre la ligne de mon costume et sans mettre à mal le travail de précision de mon tailleur!

Le portefeuille OHBA est fabriqué en cuir de veau (très) haut de gamme (et très difficile à trouver sur le marché). Une petite pièce de couleur (bleue ou rouge) en peau de chevreau est également insérée dans l’objet afin de lui donner un petit accent de couleur et d’ajouter à son aspect précieux.

Ce portefeuille est si fin d’aspect qu’il est presque impossible d’imaginer qu’à l’intérieur se cachent en réalité dix emplacements pour cartes : six d’un coté et quatre de l’autre, tous recouverts par une feuille de cuir les rendant invisibles même lorsque l’objet est ouvert. De chaque coté, un emplacement est également prévu pour y glisser billets de banque, reçus et autres papiers importants mais si difficiles à conserver.

DEUX MODÈLES EXCLUSIVEMENT POUR LES LECTEURS DE PARISIAN GENTLEMAN

Ce portefeuille haut de gamme, introuvable dans le commerce, est proposé exclusivement aux lecteurs de PG avec deux choix de couleurs pour la bande décorative intérieure : le modèle bleu (12 pièces disponibles) et le modèle rouge (24 pièces disponibles).

Le prix est de 400 €, incluant les frais de livraison.

Il vous est vendu directement depuis l’atelier OHBA à Tokyo. Le cuir utilisé pour chaque pièce est un cuir de veau de la plus haute qualité, disponible en très petites quantités.

COMMENT ACHETER LE PORTEFEUILLE OHBA ?

Il vous suffit de cliquer sur le lien suivant : PORTEFEUILLE OHBA EXCLUSIF PG.

Vous devrez ensuite choisir la couleur (bleue ou rouge) et régler votre commande avec Paypal ou une carte de crédit (Visa, Mastercard ou American Express).

Prévoyez environ deux semaines pour recevoir votre portefeuille.

ATTENTION: Dans certaines régions du monde, le lien de paiement peut ne pas fonctionner. Dans ce cas, contactez directement ian@ohbacorp.com, il se chargera directement de votre commande.

Mon expérience personnelle

J’utilise personnellement ce portefeuille ultra mince OHBA depuis maintenant un an et je peux témoigner sans aucune réserve de son extrême qualité : après une année d’usage intensif (incluant d’innombrables voyages), le cuir est de plus en plus beau avec un début de patine naturelle et un toucher d’une douceur incroyable (le fameux cuir de veau). Son ergonomie frôle la perfection et si les encoches à cartes peuvent être légèrement difficiles à ouvrir au tout début (c’est un peu comme « faire » un soulier en cuir), c’est le signe d’un cuir de qualité et d’un produit d’un très grand sérieux.

Je pense donc pouvoir affirmer que si j’en prend soin de façon normale, ce portefeuille devrait me survivre sans aucun problème.

En guise de conclusion, permettez moi d’expliquer ici, pour ceux d’entre vous n’ayant jamais fait l’expérience d’un objet de luxe d’origine japonaise, que la qualité irréprochable de cet objet est comparable (si ce n’est supérieure) à des objets similaires portant la griffe de certaines grandes marques de luxe françaises (parmi les plus célèbres au monde) et vendus deux à trois fois plus cher.

Ce portefeuille ultra-fin OHBA est donc un achat qui vous durera une vie entière.

Quant à moi, il n’y a pas de doute, c’est le portefeuille de ma vie.

— — —

OHBA portefeuille ultra-fin en édition limitée pour PG : PORTEFEUILLE OHBA EXCLUSIF PG.

Pour toute question d’ordre général, pour toute demande spéciale ou toute information complémentaire, n’hésitez pas à envoyer un courriel à: ian@ohbacorp.com