Le problème de la chemise qui sort du pantalon

Hugo JACOMET

Le problème de la chemise qui sort du pantalon

Ce titre aurait pu, rythmiquement, être celui d’une Fable de la Fontaine, “La chemise qui voulait sortir du pantalon”, mais ce n’est malheureusement pas le cas.

Soyez donc prévenu : l’article que vous êtes sur le point de lire ne fait pas partie des plus romantiques de PG, puisqu’il soulève un problème auquel nous sommes TOUS confronté quotidiennement : le problème de la chemise qui sort effectivement du pantalon.

Pourtant si sa lecture ne vous apportera sans doute que peu d’élévation spirituelle ou intellectuelle, elle pourrait bien changer – un peu – votre vie!

Il existe sans doute autant de “solutions” à ce problème quotidien que de méthodes, soi-disant imparables, pour faire passer le hoquet : système de tire-chaussettes (que nous nous refusons chez PG à tester tant la simple image d’une chemise attachée à un mi-bas par un élastique nous fait honte!), système d’insertion de la chemise dans le caleçon, ou même système de petits aimants à insérer sous la ceinture…

Mais commençons par une confession : nous avons parfois écrit dans ces colonnes que la dernière boutonnière d’une chemise ouverte horizontalement était la marque d’une chemise de qualité car ce petit détail permettait un meilleur maintien de la chemise dans le pantalon. Je peux aujourd’hui témoigner que ce soi-disant détail de puriste relève du pur snobisme grégaire et n’empêche en rien votre chemise de tenter de s’extirper de votre pantalon, surtout aux moments les moins opportuns de la journée.

Il faudra donc vous y faire : pour être toujours impeccable au dessus de la ceinture (surtout si, comme moi, vous ne portez ni ceinture ni bretelles), vous n’aurez pas d’autre choix que de vous “reculotter” deux à trois fois par jour, même si la ceinture intérieure de votre pantalon est en silicone. Cette obligation vous fera d’ailleurs souvent regretter d’avoir opté pour les pantalons Napolitains qui, avec leur profusion de pattes, de sur-pattes et de boutons asymétriques, demandent dix bonnes minutes à remettre en place (les heureux propriétaires de pantalons Ambrosi ou Dalcuore savent de quoi je veux parler…).

Les deux seules réponses vraiment efficaces à ce problème de chemise rebelle, je les ai trouvées en Italie, chez Siniscalchi à Milan et chez Marol à Bologne.

Chez Siniscalchi, Alessandro a mis au point, pour un gros client (dans tous les sens du terme), le système ultime, directement inspiré des couches-culottes d’antan avec un système de fermeture entre les jambes. Pas super confortable, pas super sexy quand vous vous déshabillez et surtout pas pratique du tout en cas d’envie pressante, mais terriblement efficace.

Siniscalchi shirt detail

Chez Marol à Bologne, Manuela et son équipe ont mis au point sur toutes les chemises maison, sauf les chemises en Jersey, trop souples, un système ingénieux consistant à ajouter, en bas de la chemise, une pièce de tissu courbe venant s’insérer sous le boutonnage. C’est, de loin, le meilleur système qu’il m’ait été donné de tester, notamment en termes de netteté pour le devant de la chemise.

Cela n’empêchera pas votre chemise de vouloir s’échapper de temps à autre de votre pantalon, mais cela diminuera grandement le nombre de fois ou vous serez obligés d’aller faire un tour aux toilettes sans pour autant avoir envie d’uriner. Un petit détail qui, à l’usage, n’en est pas un.

Marol Shirt detail

Il existe cependant une morale à cette histoire de chemise rebelle : acheter, d’abord et avant tout, des chemises à votre taille et adaptées à votre morphologie.