Les proportions : la cheville sur mesure

Hugo JACOMET

Les proportions : la cheville sur mesure

Tiré des travaux d’Alan Flusser, auteur de Dressing the Man

Du sommet du chapeau au revers du pantalon, l’art subtil de l’habillement masculin peut-être divisé en une série de « mini-scènes », dont la plus au sud concerne le « rendez-vous » entre le pantalon, les chaussettes et les souliers. Et afin d’assurer en permanence une esthétique sans faille en dessous du genou, certaines règles sur les proportions doivent être respectées.

Une fois de plus, c’est le corps – et non pas la mode – qui devra dicter les choses à favoriser et celles à proscrire. LA règle de base commune à toutes situations est que le bas du pantalon devrait recouvrir environ les deux tiers du soulier. Les pantalons étroits en bas font que les grands pieds paraissent encore plus grands tandis que l’inverse est aussi vrai : les pantalons larges en bas font paraître les petits pieds encore plus minuscules.

Cette symétrie d’échelle entre le bas du pantalon et le soulier reste un pivot immuable de l’élégance masculine. Tout comme les chaussures d’opéra (slipper-type evening shoes ndt) fonctionnent parfaitement lorsqu’elles sont portées sous un pantalon de smoking sans revers, les Richelieux ou les Derbys à lacets, avec une cambrure assez pincée (beveled waist ndt) sont les meilleurs choix pour les pantalons de costume.

La cambrure pincée (voir photo ci-dessous) est le signe distinctif d’un soulier « habillé » tandis qu’une semelle « plate » convient bien aux modèles outdoor plus massifs.

dsc03530