Les proportions : les vestes de costume

Hugo JACOMET

Les proportions : les vestes de costume

Tiré des travaux d’Alan Flusser, auteur de Dressing the Man

Ce sont les couleurs et les motifs d’une veste de costume qui attirent l’oeil en premier. Mais ce sont les proportions qui le retiennent.

LES EPAULES DE LA VESTE

Les épaules étant ce qu’il y a de plus large dans une veste, ce sont elles qui fixent « l’esprit » du reste de l’objet. Les épaules de la veste ont également un impact direct sur le visage : si elles sont trop étroites, la tête apparaîtra plus grosse que sa taille réelle. A l’inverse, si elles sont trop larges, la tête apparaîtra beaucoup trop petite. Ainsi la règle (fondamentale) est simple :

– Si vous possédez une grosse tête (je n’ai pas dit LA grosse tête), alors choisissez une veste aux épaules larges et structurées.

– Si vous possédez une petite tête, vous serez mieux mis en valeur avec des épaules de veste raisonnables et, la plupart du temps, naturelles (sans padding donc).

L’épaule naturelle, adoptée par la Ivy League dans les années 20, est devenue synonyme de la maison Brooks Brothers (avec les chemises « button-down ») et de classe sociale supérieure.

A moins qu’un homme possède de toutes petites épaules ou qu’il ait vraiment besoin de relever la ligne de ses épaules pour produire une illusion de hauteur, les épaules de veste exagérément structurées et rembourrées (trop de padding) devraient être évitées.

Elles projettent l’image d’un homme artificiel et arriviste, qui essaye de paraître plus important qu’il ne l’est en réalité.

LA LONGUEUR DE LA VESTE

Le principal critère permettant d’établir la longueur idéale d’une veste est double : la veste doit être suffisamment longue pour couvrir le galbe des fessiers, tout en étant suffisamment courte pour donner aux jambes la ligne la plus longue possible.

Même si cette longueur idéale pour un homme peut varier d’un 1/2 pouce (1,30 cm) au cours de la vie, sans compromettre la longévité d’une veste, toute variation supérieure peut avoir un effet désastreux, notamment sur la position des poches. Par ailleurs il est normal qu’une veste soit légèrement plus longue à l’avant qu’à l’arrière, afin de « tomber » parfaitement.

Conséquence directe de la « mode » des années 80 (« les années Armani »), la majorité des hommes continuent aujourd’hui à porter des vestes et des manches de vestes beaucoup trop longues ce qui a pour effet de raccourcir de manière désastreuse les bras et les jambes.

Ceci est particulièrement criant en Extrême Orient, où le rapport « torse-jambes » (torse long-jambes courtes chez les asiatiques), est différent que celui que l’on observe en Occident . Ces personnes devraient donc, idéalement, faire très attention à la longueur de leurs vestes, ce  qui pourra les aider à ré-équilibrer les proportions.

Il existe deux méthodes pour déterminer la longueur correcte d’une veste. Ces deux méthodes ont été élaborées pour permettre aux fabricants de Prêt à Porter d’avoir des repères pour établir leurs tailles « standards ».

La première méthode utilise le bras comme repère : lorsque vous laissez pendre votre bras, la bas de la veste est supposé être aligné avec la phalange du pouce. Bien que cette formule soit relativement fiable, elle possède une faiblesse : la longueur des bras varie grandement d’une personne à une autre (et également d’un bras à l’autre, comme beaucoup d’entre nous l’ont découvert lors de leur première prise de mesure dans la fitting room).

La seconde méthode consiste à mesurer la distance entre le bas du col arrière de la veste (l’endroit où il est en contact avec le corps de la veste) et le sol, puis à diviser cette distance par deux. C’est la méthode la plus fréquemment employée dans les écoles de tailleurs.

Il va de soi que ces deux méthodes ne sont pas infaillibles, notamment par le fait qu’il n’existe pas deux corps humains qui soient strictement identiques en termes de proportions. Un tailleur en grande mesure n’utilisera d’ailleurs ni l’une ni l’autre de ces méthodes, mais utilisera plutôt son oeil expérimenté pour décider de la longueur idéale d’une veste par rapport à une vision globale de la morphologie de son client.

LE PLACEMENT DU BOUTON PRINCIPAL D’UNE VESTE

Le bouton principal (waist button) est le véritable pivot d’une veste de costume. S’il est mal positionné, l’équilibre délicat peut être perdu et la veste complètement gâchée quelle que soit la qualité de son tissu ou de sa coupe. Ce bouton fonctionne en fait comme un axe : placez le trop haut, et votre torse sera réduit. Placez le trop bas, et votre torse deviendra surdimensionné par rapport à vos jambes qui elles, seront rétrécies.

Quand le bouton principal d’une veste est fermé (le premier pour une veste deux boutons, celui du milieu pour une veste trois boutons), il devrait, dans l’idéal, diviser le corps en deux parties de façon à ce que ET le torse ET les jambes produisent un effet de longueur maximum.

La position correcte de ce détail absolument crucial est, en théorie, 1/2 pouce (1,27 cm) en dessous de votre taille naturelle. Afin de déterminer la position de votre taille naturelle, placez vos mains de part et d’autre de la partie la plus fine de votre torse, et tout en pressant vers le bas, laissez les prendre leur place naturelle dans le vide juste au dessus de l’os des hanches (en gros, la taille naturelle se situe, généralement, 2 cm au dessus du nombril). La position théorique du bouton se situe donc, grosso modo, à 1 cm au dessus du nombril.

Comme ce bouton capital constitue le centre névralgique de la veste (notamment en termes d’aisance des mouvements), les tailleurs du Row, ont pour habitude (et tradition) de ne le positionner qu’au dernier essayage, en prenant soin de l’essayer à différents endroits (donc au millimètre près) afin de trouver LA position idéale : celle qui allonge le torse et les jambes, tout en assurant une excellente liberté de mouvement.

LA GORGE ET LA LARGEUR DES REVERS

On appelle la gorge le point de jonction entre le col et le revers de la veste. A cet endroit, ils forment ensemble soit un « cran » (notch) soit une pointe (peak).

notch-lapel

Notch Lapel

hand-stitched-peak-lapel

Peak Lapel

Le positionnement de la gorge sur une veste devrait se faire en fonction de la corpulence et non de la mode. Positionnez la trop bas, et la sanction sera immédiate : la longueur du revers sera réduite et donc les hommes petits paraîtront encore plus petits et les hommes forts encore plus gros. Pour un homme de petite taille, la gorge devra être positionnée le plus haut possible sur la poitrine car un long revers de veste allongera considérablement sa silhouette. A l’inverse, les hommes de grande taille pourront faire positionner la gorge de leur veste un peu plus bas afin de rééquilibrer leur silhouette et de gagner en illusion de largeur.

Il y a 20 ans, dans les années 80, cet élément fondamental de l’équilibre d’une veste (et donc d’une silhouette) a été outrepassé, voire oublié par Armani et consorts qui, tout en apportant une dose salutaire d’originalité et de créativité dans la mode masculine, ont  eu tendance à faire baisser les gorges des vestes et les tailles des pantalons. Il en a résulté une inélégance générale patente et surtout, un manque de longévité stylistique des costumes de cette époque. Aujourd’hui les passionnés de l’art sartorial s’accordent à dire que les années 80 furent désastreuses en termes d’élégance masculine (regardez des photos de réunions de famille de l’époque et vous verrez comme ces vêtements semblent presque aussi grotesques que les horribles vêtements des 70’s).

C’est la largeur des épaules d’un homme qui devrait dicter la largeur des revers de sa veste. Ainsi un homme très « carré » devrait choisir des revers de veste  larges afin d’équilibrer sa silhouette.

Afin que le V d’une veste boutonnée attire naturellement le regard vers le visage de celui qui la porte, la largeur des revers de la veste devrait également être en harmonie avec la largeur du noeud de cravate.

Sur ce sujet comme sur tous ceux qui touchent aux proportions, gardez en tête que la réussite passe par l’équilibre, l’équilibre et l’équilibre.

LA MANCHE DE LA VESTE

Lorsqu’elle est bien coupée, la manche d’une veste épouse parfaitement la ligne des bras. Complète au somment (en tête de manche – sleevehead), elle se rétrécit jusqu’au niveau du poignet. Ses lignes convergentes partent des épaules (l’endroit le plus large d’une manche) pour ensuite se rétrécir progressivement, de la poitrine jusqu’au poignet. Les manches qui sont trop larges en bas et qui ont tendance à flotter autour du poignet sont particulièrement inesthétiques et donnent une vilaine impression d’épaisseur.

Sleevelength

La bande de tissu entre la manche de la veste et la main est un autre élément fondamental qui « signe » l’élégance d’une mise. Il est de coutume de dire qu’une manche de veste ne laissant pas apparaître un petit morceau du poignet de la chemise donne l’impression désagréable qu’il manque un morceau à la main…