Petite histoire du blazer (2)

Hugo JACOMET

Petite histoire du blazer (2)

Tiré des travaux d’Alan Flusser (Dressing the Man)

Le blazer « navy », toujours le plus courant de nos jours avec ses boutons métalliques typiques, est d’inspiration militaire et donc à fort caractère hiérarchique.

Et si de nombreux hommes apprécient toujours le caractère distinctif du bouton doré, beaucoup d’autres préfèrent aujourd’hui adopter une alternative moins voyante et plus en phase avec notre époque, moins militaire.

Le bouton en corne marron foncé est la plus courante des alternatives non-métalliques, à défaut d’être le choix le plus judicieux : son aspect terne manque trop de personnalité à notre goût pour contrebalancer une veste déjà foncée.

Les boutons de blazers les plus traditionnels sont soit en cuivre soit en dorure. Sauf si votre famille possède son propre blason, ou si vous avez à porter les insignes d’un club, le choix le plus classique reste probablement le simple bouton plat à dorure.

Pour les hommes à cheveux gris ou blancs (suivez mon regard), ou pour les tenues comportant un pantalon à prédominance grise, considérez des bouton argentés ou nickelés.

Dans le cas d’un blazer bleu clair ou en lin, des boutons en nacre seront toujours un bon choix.

La question du nombre idéal de boutons sur le devant et sur les manches du blazer est une question de préférence personnelle plus qu’une question de tradition. Pour le type de blazer le plus populaire, le blazer droit à deux boutons, la norme est de quatre boutons par manche. La variante à deux boutons par manche est tout aussi acceptable. Des manches à trois boutons sur une veste à deux boutons tendent à donner une légère impression de déséquilibre, alors que pour des vestes à trois boutons, des manches à trois ou quatre boutons s’harmonisent parfaitement.

Pour un blazer croisé, la question se complique quelque peu.  Il convient de prendre en compte avant tout le style, puis la tradition, puis la préférence personnelle. Le blazer croisé classique avec poches à rabat est traditionnellement coupé en «6 on 2» soit avec 6 boutons dont deux actifs (voir les différents types de boutonnage des costumes croisés ici : Comment porter le costume croisé). Une disposition que l’on a tendance à associer presque automatiquement avec quatre boutons sur les manches.

Un beau blazer Navy est une pièce d’une versatilité incroyable. A la campagne ou en voyage, porté avec un pantalon en flannelle, un jean, voire un bermuda, assorti avec une cravate, et quel que soit le type de poignets de votre chemise, le blazer s’associera toujours avec classe et aisance. Un must have.