Traduction intégrale du chapitre 3 de « The Suit »

Hugo JACOMET

Traduction intégrale du chapitre 3 de « The Suit »

Gentlemen,

voici comme promis la traduction intégrale du chapitre 3 de « The Suit », consacré aux hommes de petite taille.  Les prochains chapitres concerneront les hommes présentant un peu d’embonpoint ainsi que les hommes de grande taille. J’espère que vous apprécierez ces données à leur juste valeur et qu’elles vous aideront dans votre quête d’élégance. Cheers, HUGO

—–

CHAPITRE TROIS : A PROPOS DES HOMMES DE PETITE TAILLE

(traduit de The Suit par Nicholas Antongiavanni)

«Les difficultés pour se vêtir concernent tous ceux qui ne sont pas de corpulence moyenne. Je commencerai donc avec les hommes de petite taille qui désirent paraître plus grands.

La règle universellement admise est de ne porter que des costumes en laine fine et surtout d’éviter les motifs. En effet les flanelles et les tweeds sont des matières épaisses, et donc elles ont pour effet d’élargir la silhouette plutôt que de l’allonger. Les tissus écossais produisent eux aussi le même effet en mettant l’accent sur les lignes horizontales.

Parce qu’elles encouragent les yeux des gens à aller de haut en bas, les rayures sont en revanche recommandées pour les hommes de petite taille, si toutefois elles ne sont pas trop espacées (jamais plus de ¾ de pouce – environ 2 cm – pour les costumes et un peu moins pour les chemises).

Les couleurs unies devraient également constituer la base de la garde-robe d’un homme petit, car elles le font apparaître plus fin et donc plus grand. De la même manière, l’homme petit est mieux mis en valeur dans un costume que dans un dépareillé, car ce dernier le « coupe » visuellement en deux, alors que le costume présente une ligne verticale uniforme. Même chose pour les cravates : les couleurs unies allongent vraiment la silhouette, les rayures discrètes et les petits motifs peuvent être également porté sans dommage mais les cravates excédant 3,5 pouces (12cm) devraient être évitées.

Prenons l’exemple de Ross Perot, qui, de petite taille, ne s’habille que dans des costumes en laine peignée sombres (unis ou à fines rayures), des chemises unies et, généralement, des cravates à rayures. Sa chance est que les codes vestimentaires tant du monde du business que de celui du monde de la politique coïncident exactement avec ce qui va le mieux à un homme de petite taille.

Mais d’autres font preuve de plus d’audace dans la manière de s’habiller. Edward G. Robinson, James Cagney et Alan Ladd portaient, par exemple, des costumes aussi ajustés que possible car ils avaient compris que les vêtements amples ajoutaient de la largeur et sapaient l’impression de hauteur.

Leur vestes étaient courtes, car le plus une veste est longue, le plus l’homme de petite taille paraît se rétrécir encore, ses jambes étant littéralement perdues sous ce tissu superflu.

La raison requiert de tout homme que sa veste couvre son postérieur de peur que ses vêtements n’aient une apparence trop efféminée. Dans le cas de l’homme de petite taille, la veste ne doit en aucun cas être plus longue que cela. Ses manches devraient toujours laisser voir un tout petit peu de ses poignées de chemises, car des manches trop longues le font très vite ressembler à un garçon portant la veste de son père, ce qui nuit à sa crédibilité. Pourtant il devra en laisser voir moins que la plupart des hommes – pas plus de 3/8ème de pouce (1,15 cm) – au risque de donner l’impression que le costume est trop petit pour lui.

Ses vestes devraient être plutôt cintrées que droites, et la taille ainsi que le boutonnage devraient être placés assez haut (légèrement moins qu’à mi-chemin en partant du bas de la veste).

Les épaulettes hautes sont une aubaine absolue pour les hommes de petite taille car le col haut et la ligne des épaules augmentent l’impression de hauteur plus qu’aucune autre façon de faire. De la même manière, les crans des revers doivent être placés le plus haut possible. Les vestes droites (single-breasted) dont les parties inférieures-avant (sous le bouton de la taille) s’évasent légèrement vers l’extérieur, améliorent également la ligne générale de la jambe, mais seulement si le pantalon est porté à hauteur naturelle de la taille, de manière à ce qu’aucun morceau de chemise ne soit visible entre la ceinture et le bouton de la veste. Dans le même ordre d’idée, l’homme de petite taille devrait toujours porter ses pantalons à la taille naturelle, c’est à dire au nombril ou au dessus. Ceci allonge l’apparence des jambes en raccourcissant le torse, ajoutant donc à l’illusion de longueur. Les jambes du pantalon devraient être juste assez longues pour toucher les souliers, car si elles sont plus longues vous aurez vite tendance à ressembler à votre grand frère.

Et si vous considérez ces choses avec attention et les observez dans les films de Cagney et Ladd, ou encore chez David Hyde, vedette de la série Frazier, vous verrez que bien que de petite taille, ces derniers ne semblent jamais donner l’impression d’être particulièrement petits mais au contraire d’être bien proportionnés et élégants, même quand ils portent des vêtements autres qu’unis ou à petites rayures.

Ils savent que ce sont les motifs et pas les vêtements qui desservent l’homme de petite taille. Ils savent aussi qu’une veste sport à motif écossais les dessert bien plus qu’un costume en flanelle. Ils savent enfin que les motifs dont l’aspect vertical domine sur l’horizontal, comme l’Herringbone (les chevrons), ne leur fera guère de mal.

Dans un autre registre, certains soutiennent que les vestes des hommes de petite taille devraient avoir deux fentes sur le coté car leurs lignes verticales « attirent le regard du bas vers le haut de la veste ». D’autres insistent au contraire sur le fait que les fentes latérales élargissent au moins autant qu’elles n’allongent et plaident pour une fente centrale. D’autres enfin proscrivent toute fente. Et ce sont certainement ces derniers qui ont raison. En effet les vestes sans fentes rendent l’homme de petite taille à la fois plus grand et plus fin.

Le consensus est en revanche universel en ce qui concerne les revers et les poches des pantalons. Les hommes de petite taille devraient éviter les revers en bas de pantalon car le petit surplus de longueur (quand le pantalon est bien fini, le bas est légèrement incliné d’avant en arrière et touche pratiquement le talon du soulier sans casser) rend les jambes plus longues, et donc l’homme plus grand. Ils devraient aussi porter des vestes avec des poches sans rabats pour une ligne plus pure.

Positionner la poche poitrine légèrement plus haut que la normale sur la veste, et les poches sur les hanches légèrement plus bas, allongent également la silhouette.

Certains recommandent les vestes trois boutons aux hommes de petite taille, en arguant que la ligne de boutons plus longue met l’accent sur la verticalité. D’autres au contraire recommandent deux boutons, arguant que des revers de veste plus longs font de même alors que des revers plus courts (comme sur une veste trois boutons) les rendent « courts-sur-patte » comme Oliver Hardy. La veste « un bouton » – spécialité de certaines maisons de Savile Row – est sans aucun doute celle qui allonge le plus la silhouette car le fait de ne pas présenter de bouton (et de boutonnière) inutilisé rend l’ensemble plus épuré. Mais cette veste étant plus formelle et plus « dandy », elle est plus rare et peu utilisée par la plupart des hommes à qui il ne reste souvent que le choix entre deux et trois boutons.

Et vous devriez savoir qu’il existe trois types de vestes trois boutons : la vraie « trois boutons » sur laquelle les deux boutons supérieurs ont vocation à être boutonnés et dont les revers sont courts. La fausse « trois boutons » qui n’est rien d’autre qu’une veste deux boutons proposant un bouton supérieur supplémentaire ainsi qu’une boutonnière inactifs. Et enfin la veste « 3 en 2 » (ou 2 et demi) sur laquelle le bouton supérieur est inactif, mais dont le revers est graduellement roulé de sorte que sa ligne générale est plus longue qu’une vraie trois boutons mais plus courte qu’une veste deux boutons.

Selon moi les vraies vestes trois boutons ne conviennent à personne. En effet le bouton à la taille doit jouer le rôle de pivot sur la veste, permettant aux parties supérieures et inférieures de celle-ci de s’élargir ou de se contracter quand vous bougez, alors que le fait de boutonner le troisième bouton à pour effet d’immobiliser la poitrine créant des tensions sur les épaules et sur l’arrière, ce qui donne une impression générale de raideur. Et même si vous ne boutonnez pas le bouton du haut, la veste donnera toujours l’impression d’être fermée et vous donnerez l’impression d’être raide.

Toutefois, les vestes trois boutons portées de cette façon sont un moindre mal pour les hommes de petite taille. Les fausses vestes trois boutons, appréciées par les Américains de l’ancienne génération, ne desservent en revanche personne. Les vestes 3 en 2, appréciées par les Italiens, sont en revanche bénéfiques à tout le monde, et spécialement aux hommes de petite taille, car leurs revers ont tendance à être plus fins et leur bouton supérieur, bien que jamais fermé, ajoute une légère touche à l’illusion de hauteur car il « trompe » l’oeil en lui faisant croire que la veste est plus longue.

Enfin, comme il est aisé de le comprendre, l’homme de petite taille ne devrait pas porter de vestes croisées (double-breasted). La couche de tissu supplémentaire à l’avant de la veste augmente l’impression de corpulence. La double série de boutons augmente l’impression de largeur. Et ses revers en pointe, qui arrivent juste en dessous du col, ajoutent une paire de lignes presque horizontales totalement inutiles. Leur effet direct est de faire ressembler l’homme de petite taille à une bouche d’incendie. Et les hommes qui ressemblent à des bouches d’incendie sont ridicules. Pourtant, malgré ces dangers, de nombreux hommes petits continuent à s’entêter à en porter.

Ainsi, l’homme de petite taille qui est accroc aux vestes croisées devrait considérer, à la place, les vestes droites à revers en pointe (le modèle que Bogart portait le lendemain de l’assassinat de Miles Archer (dans le « Faucon Maltais » ndt). Malgré qu’il soit difficile de se les procurer dans les grands magasins, ces modèles sont appropriés et, en raison de leur élégance et de leur rareté, ils sont très appréciés par les dandys.

Et si quelqu’un m’objectait que les revers en pointe ajoutent une ligne horizontale, je lui répondrais que ce sont la double rangée de bouton et le tissu supplémentaire des vestes croisées qui créent l’impression de largeur et font que les revers en pointe ressemblent aux bras d’une bouche d’incendie, alors que sur des vestes droites ils créent une ligne au contraire élancée. Et à ceux qui me soutiendraient que les hommes de petite taille désireux de porter des vestes croisées devraient les choisir avec des revers à crans, je leur répondrais dans le prochain chapitre consacré aux vêtements croisés et à comment ils devraient être utilisés.

A partir de ces observations, il est possible de formuler une règle générale qui sera rarement, voire jamais, prise en défaut : quiconque porte quelque chose qui accentue les formes de son corps telles qu’elles sont et non pas telles qu’elle devraient être montrées, est ruiné.

—–

Passionnant non ?

Cheers, HUGO